Tarn : les secrets et le succès de plantes médicinales cultivées dans une ferme bio à Cordes-sur-Ciel

A Cordes-sur-Ciel dans le Tarn, une spécialiste en herboristerie est à la tête d'une petite ferme de plantes médicinales bio. Huiles essentielles, eaux et élixirs floraux sont produits sur place et rencontrent leur public.

© MaxPPP

Elle a découvert les vertus des plantes médicinales après un séjour en Amazonie, puis en se formant auprès d'une spécialiste anglaise. Mais c’est bien sur le sol tarnais de Cordes-sur-Ciel qu’Adeline Mandirac a décidé de faire pousser herbes et plantes médicinales dans une ferme 100% biologique ouverte il y a trois ans.

Une cueillette artisanale

Pour Adeline Mandirac, c'est un retour à la terre qui s'imposait. Cette petite-fille d'agriculteurs travaille seule dans ce coin de nature tarnais qui ravit l’oeil et les narines. La cueillette des plantes qu'elle bichonne de façon naturelle se fait à la faucille ou à la main, entre avril et septembre. "La plupart des plantes solitaires comme les bleuets sont plus faciles à cueillir à la main, en passant sous la tige", explique la jeune productrice.

La nature fait bien les choses. Si on suit son rythme, on peut arriver à travailler très bien avec elle, sans avoir besoin de la modifier, ou de rajouter des produits sur nos plantes, ça serait un contresens.

Adeline Mandirac, productrice de plantes médicinales

Une quarantaine de plantes médicinales

Sur 1500 mètres carrés de jardins à ciel ouvert, une quarantaine de variétés de plantes médicinales poussent au rythme des saisons. Lavande, camomille, bleuet, chaque espèce renferme ses propriétés. La mélisse est une des stars de l’exploitation : depuis l’Antiquité, cette plante est connue et cultivée pour ses propriétés apaisantes, "surtout pour les enfants, précise l’exploitante…Elle est très douce aussi pour la peau, et son côté citronné agit même sur les troubles de l'humeur."

Une distillation en alambic traditionnel

Une fois récoltée, cette mélisse est ainsi directement travaillée dans un local de distillation situé à quelques kilomètres de la ferme. C’est un alambic traditionnel qui transforme la plante en eau florale. Les molécules aromatiques issues des feuilles sont récupérées dans la vapeur, puis sous forme liquide. Au bout des tuyaux et d’une bonne heure de distillation, l’hydrolat peut être mis en bouteille.

Eaux florales d'Achillée, hydrolat de carotte sauvage ou sirop d'hiver : ces produits naturels sont ensuite commercialisés sous la marque « Rythme de la terre », dans la boutique de la ferme ou sur internet.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
nature santé société entreprises économie environnement écologie agriculture agriculture bio agro-alimentaire