Tarn : un brocanteur découvre, par hasard, un document exceptionnel datant de 1492 sur le conflit entre deux communes de Haute-Garonne

Publié le
Écrit par Sylvain Duchampt et Matthieu Jarry

C'est en vidant une maison dans le Tarn que le brocanteur Yann Franquet tombe sur ce long texte en occitan et en latin racontant une querelle de clocher entre Cornebarrieu et Aussonne, en Haute-Garonne. Un document exceptionnellement conservé vieux de 530 ans.

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022

Le document long de 114 centimètres et large de 62 centimètres dormait depuis 17 ans dans une maison vide de Valence-d'Albigeois (Tarn). Jusqu'à ce que Yann Franquet y pose les yeux : "nous étions mandatés pour vider cette maison. Et sur l’un des murs d’une bibliothèque, nous avons trouvé ce document."

Dans un premier temps, le brocanteur pense tomber sur un document religieux "moins spectaculaire" car "plus courant". Mais plusieurs détails l'alertent. "Une liste de noms au départ qui est très bien citée, raconte-t-il, et un peu plus bas, nous avons vu les noms des villes apparaître, notamment Còrnabarriu, qui veut dire Cornebarrieu en Occitan."

Un texte en latin et en occitan

Et il y a cette date qui apparaît dans une partie triangulaire sur le haut du texte mélangeant occitan et latin : le 13 juin 1492. Yann Franquet fait appel à un médiéviste réputé dans la région pour l'aider à traduire cet écrit, rédigé à la plume, sans rature, en excellent état de conservation.

La nature du document se révèle enfin. Ce texte résume une querelle de clocher entre les communes de Cornebarrieu et Aussonne. "lls ne sont pas d’accord sur les limites et c’est important pour la rétribution, le paiement des impôts" précise Yann Franquet qui nous lit dans cette vidéo sa traduction. 

durée de la vidéo : 03min 32
Yann Franquet raconte son document ©FTV

"Ce n’est pas une trouvaille financière mais historique, assure le passionné d'histoire dont le magasin de brocante se situe dans la zone industrielle de la VOA à Albi (Tarn). Personnellement, c’est aussi un record. Je n’avais jamais trouvé un objet aussi vieux."

Désormais, le Tarnais espère pouvoir retrouver les familles citées dans cette querelle et organiser un événement avec les communes de Cornebarrieu et Aussonne pour prolonger le souvenir.