La Verrerie Ouvrière d'Albi en grève

Comme dans les 6 autres usines du groupe  Verallia, un mouvement de grève a débuté ce mercredi matin à la Verrerie Ouvrière d'Albi. Les salariés entendent ainsi protester notamment contre la mise à pied de 3 syndicalistes qui avaient lancé une alerte à la "pollution à l'amiante" à Chalon-sur-Saône.

La VOA d'Albi connaît depuis ce mercredi matin un mouvement de grève
La VOA d'Albi connaît depuis ce mercredi matin un mouvement de grève © Miryam Brisse/FTV
Les machines sont à l'arrêt depuis 7 heures ce mercredi matin à la Verrerie Ouvrière d'Albi (VOA).

A l'appel de la CGT, les salariés observent une journée de grève pour protester contre la mise à pied de 3 syndicalistes qui avaient lancé une alerte à la "pollution à l'amiante" au sein de l'usine de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) du groupe verrier français Verallia.

Les grévistes entendent également protester contre la perte d'acquis sociaux liés à leurs oeuvres sociales et contre le projet de réforme des retraites.

Mais c'est la convocation en début de semaine prochaine de 3 représentants du personnel de la CGT au sein l'usine de Chalon-sur-Saône dans le cadre d'une "mise à pied conservatoire" qui a cristallisé le mécontentement. 

Voir le reportage de Miryam Brisse et de Robin Doreau :   
Selon la CGT, la mesure est liée à un droit d'alerte signé et rendu public la semaine précédente par les dix membres CGT du comité social et économique (CSE), qui évoquait un "risque grave pour la santé publique et l'environnement par pollution à l'amiante".
    
Après un incendie en juillet dernier et un épisode de vents violents en décembre, "des morceaux de toiture tombent régulièrement au four 1 au soufflage", selon le syndicat, qui les a fait analyser en laboratoire: "sur 4 prélèvements effectués, 3 échantillons contiennent de l'amiante".
 
    
L'entreprise a, de son côté, effectué "plusieurs mesures de la présence d'amiante dans l'air" depuis l'incendie de juillet et il n'y a "pas de danger pour les employés de l'usine ni pour les habitants proches du site", selon un chargé de communication de Verallia.
   
Le groupe verrier a confirmé la mise à pied de ses trois salariés sans donner d'indication sur ses motifs, indiquant simplement ne pas pouvoir "commenter une procédure disciplinaire en cours".
    
Du coup, la CGT avait annoncé "une mobilisation coordonnée dans les sept usines de Verallia" de l'Hexagone pour soutenir ses trois élus.

Les 290 personnes employées sur le site d'Albi produisent habituellement 900.000 bouteilles.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
social économie