Après le drame de Mirepoix-sur-Tarn, un pont est fermé d'urgence par précaution

Le pont suspendu qui relie Viterbe au golf de Fiac dans le sud ouest du Tarn est interdit à la circulation. Un récent rapport d'experts souligne un risque d'effondrement. Craignant un nouveau drame comme celui de Mirepoix-sur-Tarn, les services départementaux ont décidé de le fermer.

La décision a été prise en urgence à la fin du mois d'août. Une passerelle qui enjambe l'Agoût et qui relie Viterbe au golf de Fiac a été fermée à la circulation depuis le 18 août par le Conseil départemental du Tarn. L'état de ce pont a été jugé très préoccupant dans un rapport du centre d'études et d'expertise sur les risques (CEREMA) et a recommandé sa fermeture immédiate.

Le drame de Mirepoix-sur-Tarn dans toutes les têtes

Ce petit pont suspendu a été construit en 1931 après la crue de 1930 qui avait emporté le précédent ouvrage. Il pourrait s'effondrer sur lui-même selon les experts de ce rapport. Les services du conseil départemental ont décidé de ne prendre aucun risque. Il faut dire que l'effondrement du pont de Mirepoix-sur-Tarn le 18 novembre 2019, à 35 kilomètres de là, est dans toutes les têtes. 

Ce pont s'était effondré lors du passage d'un poids lourd entraînant la mort d'une adolescente qui circulait dessus avec sa mère et celle du chauffeur du camion. Un drame qui avait beaucoup choqué à l'époque.

Des pièces métalliques endommagées

Depuis le suivi des ponts a été renforcé et les expertises sont de plus en plus détaillées. Concernant le pont de Viterbe, les experts ont jugé qu'il y avait de fortes possibilités pour que certaines pièces métalliques de l'ouvrage soient constituées d'un acier particulier, qui malgré sa résistance apparente, présentent une fragilité aux changements de températures.

Afin de lever ce doute, la CEREMA a prescrit la vérification de chaque type de pièce constituant l'ouvrage et de le fermer jusqu'à nouvel ordre. Un nouveau risque qui se cumulerait avec d'autres plus anciens sur la dégradation de l'ouvrage. En résumé en cas de rupture brutale d'une pièce métallique cela pourrait endommager en cascade d'autres pièces déjà fragiles et conduire à la ruine de l'ouvrage.

700 000 euros en frais d'entretien et d'examens

Avec à peine 400 passages par jour, ce pont n'est pas le plus fréquenté du département mais le principe de précaution l'a emporté.

Dans la presse Christophe Ramond le président du Conseil départemental, collectivité chargée de surveiller l'ouvrage, s'est exprimé sur ce pont. "L'essentiel pour nous est de préserver des vies. Il n'y aurait rien de pire qu'un drame. On avait budgétisé un million d'euros pour le rénover". Près de 700 000 euros ont déjà été investis en frais d'examen et d'entretien.

Un détour de 18 kilomètres aller-retour

En attendant, les habitants de Viterbe et de tout le secteur doivent emprunter une déviation d'une dizaine de kilomètres environ pour rejoindre l'autre rive. Une situation pas facile pour tous ceux qui empruntent ce pont régulièrement. 

Nous avons monté un collectif suite à la fermeture du pont puis nous avons lancé une pétition auprès des populations de Viterbe et de Brazis. On a ensuite organisé une réunion pour écouter les gens et voir quels étaient les impacts de la fermeture du pont. Ils sont nombreux puisque non seulement cela touche très fortement les commerces qui sont d’une part et d’autre du pont mais également tous les gens qui travaillent en mobilité... Je pense aux kinés, à l’ADMR, au portage des repas pour les personnes âgées, qui sont doivent tous les jours faire un détour de 18 kilomètres (aller-retour) tous les jours.

Jean Thomas, habitant de Viterbe, Collectif « Pont Viterbe-Brazis »

Ils ont en effet lancé une pétition. Ils demandent à être mieux informés et que les piétons et les cyclistes puissent y circuler dessus.

Une phase de diagnostic est ouverte pour décider de l'avenir de ce pont. Des études plus approfondies vont être menées avec de nouveaux examens des pièces métalliques. Des agents de la Cérema seront sur place le mercredi 13 septembre pour identifier les zones où effectuer des prélèvements et des contrôles. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité