Castres enfonce Perpignan 37 à 13

Les Castrais ont montré leur supériorité de champion de France. / © Raymond Roig/AFP
Les Castrais ont montré leur supériorité de champion de France. / © Raymond Roig/AFP

Castres, défait aux Ospreys la semaine dernière, s'est remis dans le bon sens en disposant (37-13) d'une équipe de Perpignan qui glisse imperceptiblement vers le bas du classement avec une sixième défaite de rang, samedi lors de la 14ème journée de Top 14.

Par AFP

Avec cette victoire bonifiée et deux essais de Claassen, le CO reste aux avant-postes du classement en bénéficiant de l'indiscipline de leur adversaire. Entre deux déçus de l'Europe, c'est Castres qui débutait le mieux. Palis inscrivait les premiers points de son équipe mais les Catalans se montraient très dangereux, traversant la défense castraise, sans pour autant faire le geste juste dans la zone de vérité.
Feu de paille car les Tarnais reprenaient vite la conduite du match. Par deux fois, c'est Claassen qui parachevait le travail des siens  avec deux essais en quelques minutes. Tout d'abord au ras d'une mêlée après un service de Tomas (13) puis sur un décalage en bout de ligne et un ballon offert par son arrière, Palis (17).
Forts de leur avance, les Castrais viraient en tête à la pause (20-6). En deuxième période, avec une mêlée qui avait repris du poil de la bête, Perpignan trouvait la faille, avec un essai  pour Ion, refusé en raison d'une obstruction de Guirado.
Les Castrais baissaient un peu le pied quand Perpignan haussait son niveau de jeu et Michel, démarqué sur l'aile, marquait (58), mais les Catalans multipliaient les fautes sanctionnées par deux cartons à Strokosch (68) et Pérez (72), de quoi permettre à Baï de marquer l'essai du bonus (75).

Ils ont dit

Jean-Pierre Perez (troisième ligne de Perpignan) : "La série noire continue, malheureusement. Ce que l'on s'est dit tout de suite après le match, c'est qu'on passe les fêtes en famille et on va vite revenir au boulot. Il n'y a que ça. Après, aujourd'hui, on a payé notre indiscipline. On a joué presque une mi-temps en infériorité numérique. C'est trop dur. Il y a aussi le fait d'être passés complètement à travers lors des 20 premières minutes. On a été inexistant sur les duels et dans bien d'autres secteurs. On a laissé les Castrais imposer leur rythme, on les a laissé jouer et on les a regardés. Castres mérite sa victoire, il ne faut pas oublier que ce sont
les champions de France
".

Geoffrey Palis (trois-quarts aile de Castres) : "Il y a de la joie dans le groupe car on a pris les cinq points et franchement, on n'y avait pas pensé avant, on voulait la victoire avant tout. On a été capable d'aller chercher ce bonus offensif en fin de match. On a montré de l'envie tout au long de la partie même si à certains moments, Perpignan nous a gênés. Après l'essai de l'Usap, on ne s'est pas démobilisé, on a colmaté les brèches et on a réussi à repartir de l'avant". 

David Darricarrère (entraîneur de Castres) : "C'est un bonus sous le sapin, oui. Les garçons ont été récompensés de leurs efforts, de leur travail. On avait à coeur de montrer un tout autre visage que celui qui avait été le nôtre en Coupe d'Europe.
Sur ce match, on a été efficace, plus patient que d'habitude et ça a payé. On ne s'est pas affolé quand Perpignan a inscrit un essai et est revenu dans la partie. En championnat, on peut parler de plusieurs matches aboutis à la suite, c'est bien. On progresse dans la concentration, la patience. Maintenant, il ne faut pas oublier que Perpignan a eu des cartons jaunes qui nous ont aidés. Mais se nourrir des fautes adverses, c'est aussi ça le rugby
".

Sur le même sujet

Max Brail, maire de Lastours, regrette le manque de soutien de la part de l'Etat

Les + Lus