Castres : le gynécologue et l'hôpital relaxés dans l'affaire de Céline Tondo

Le centre hospitalier et le médecin étaient poursuivis pour avoir causé la mort de Céline Tondo. En avril 2011, cette jeune femme décédait à l'hôpital de Castres suite à une intervention banale. 

Centre Hospitalier Intercommunal Castres-Mazamet
Centre Hospitalier Intercommunal Castres-Mazamet © La Dépêche du Midi/MAXPPP
Le chirurgien et le centre hospitalier intercommunal Castres-Mazamet ont finalement été relaxés ce mardi par le tribunal de Castres. Ils étaient poursuivis pour homicide involontaire après la mort de Céline Tondo.

En avril 2011, Céline Tondo, 34 ans, subit une coelioscopie dans le cadre de son désir d'enfant. Une intervention durant laquelle une de ses artères est sectionnée par erreur. La jeune femme décède d'une hémorragie. 
Le juge d'instruction chargé du dossier avait alors mis en examen le gynécologue-obstétricien en 2012 pour "homicide involontaire".

3 expertises - 8 ans d'instruction

Pas moins de trois expertises (ou contre-expertises) ont été réalisées tour à tour, à la demande des parties civiles ou de la défense : elles n'ont pas toutes conclu à la responsabilité du praticien, compliquant d'autant la tâche du magistrat instructeur.

Le parquet n'a pas indiqué s'il comptait faire appel du jugement.  

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société santé faits divers