Gaillac : fin du conflit chez Alphacan

Après d'âpres discussions, la direction et les salariés du site Alphacan de Gaillac (Tarn) sont parvenus à un accord ce mardi. C'est la fin d'un conflit de plusieurs semaines, amorcé début octobre avec l'annonce de 92 suppressions d'emplois.

Le site d'Alphacan bloqué à Gaillac
Le site d'Alphacan bloqué à Gaillac © N. Bonduelle / France 3
C'est l'épilogue d'un douloureux conflit pour les salariés du site Alphacan de Gaillac, dans le Tarn. Après plusieurs semaines de mobilisation, de manifestations et de blocage de leur usine, ils viennent d'obtenir gain de cause. La direction de l'entreprise a finalement décidé d'accéder à toutes leurs demandes.

92 postes supprimés

Le fabricant de menuiseries Alphacan a annoncé début octobre un plan de restructuration et la suppression de 92 des 133 emplois de son site de Gaillac. Les négociations entamées avec les représentants des salariés avaient ensuite permis d'obtenir 10 reclassements et de ramener le nombre des licenciements à 82. Mais la tension était vite montée lors des discussions sur les indemnités de départ, jusqu'à un nouveau blocage du site, la semaine dernière. Finalement, les syndicats ont obtenu une prime de motivation de 500 euros par mois jusqu'à la date du licenciement pour les salariés concernés, le paiement à 100% des heures de grève et une indemnité supra-légale de 5000 euros par année d'ancienneté pour chaque salarié licencié. Cet accord devrait être officialisé mercredi par le responsable des ressources humaines de l'entreprise lors d'un comité central.

Une usine fondée en 1953

Fondée à Gaillac en 1953, l'usine Alphacan, spécialisée dans les profilés PVC de prestige pour portes et fenêtres, a compté jusqu'à 355 salariés dans les années 1980. Devenue une filiale d'Opengate Capital, elle compte deux autres sites en France à Chantonnay (Vendée) et à Sablé-sur-Sarthe (Sarthe). Elle est également présente en Italie et en Croatie. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
social économie emploi