Une jeune fille de 13 ans victime d’un viol collectif dans le Tarn, ses 5 agresseurs tous âgés de 15 et 16 ans ont avoué

Le mercredi 3 juin dernier, une jeune fille de 13 ans du foyer d’accueil d’urgence de Castres (Tarn) a subi des relations sexuelles sous la menace d’une arme. Ses 5 tortionnaires âgés de 15 et 16 ans ont été arrêtés et ont reconnu les faits. Trois d'entre eux sont mis en examen pour viol.

Les policiers de la BSU, brigade de sûreté urbaine, du commissariat de Castres ont mené l'enquête et rapidement interpellé les 5 agresseurs.
Les policiers de la BSU, brigade de sûreté urbaine, du commissariat de Castres ont mené l'enquête et rapidement interpellé les 5 agresseurs. © Google Streetview
L’alerte a été donnée le jeudi 4 juin par les responsables du foyer d’accueil d'urgence de Castres (Tarn) : une jeune fille de 13 ans – connue en tant que fugueuse – et hébergée dans ce centre, leur a révélé les violences qu’elle avait subies la veille.
Trois jeunes gens – dont un résident du même foyer – l’ont emmenée dans une maison en ville, où l’attendaient deux autres individus : le piège avait été préparé.

Un pistolet braqué sur la tempe

Reprochant à la jeune victime de ne pas lui avoir payé quelques dizaines d’Euros de drogue, l’un d’entre eux l’a contrainte – sous la menace d’un pistolet – à pratiquer des fellations à deux membres du groupe.
Elle a alors réussi à s’échapper, rejoindre le foyer, et a confié son calvaire aux responsables : ceux-ci ont alerté le commissariat de Castres. L’enquête a été menée par les policiers de la BSU (la brigade de sûreté urbaine).

Les agresseurs passent aux aveux

La victime connaissant plusieurs de ses agresseurs, les enquêteurs ont rapidement interpellé, en différents endroits, les cinq jeunes gens âgés de 15 et 16 ans : tous ont reconnu les faits.
Ces informations sont confirmées de source judiciaire.
Les trois principaux tortionnaires (les deux violeurs et celui qui tenait l’arme) ont été mis en examen pour « viol en réunion avec menace d’une arme » et placés en détention ou en centre fermé ; leurs deux complices ont été placés sous contrôle judiciaire.

Place à l'instruction judiciaire

Une information judiciaire a été ouverte par le parquet de Castres. Elle a été confiée à un juge d’instruction du pôle criminel du tribunal judiciaire de Toulouse.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers justice police société sécurité violence
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter