Mort du Covid ou de maltraitance ? Les enfants d'un résident d'un Ehpad à Mazamet dans le Tarn déposent plainte

Selon Didier et Denis Bordes, leur père de 93 ans n'est pas décédé du Covid mais du fait qu'il ait été attaché pendant 15 jours sur un fauteuil. Ils viennent de déposer plainte contre un Ehpad de Mazamet pour homicide involontaire.

Georges Bordes décédé le 30 mars 2021 à l'Ehpad "La chevalière" de Mazamet
Georges Bordes décédé le 30 mars 2021 à l'Ehpad "La chevalière" de Mazamet © FTV

"Pendant la guerre on attachait des prisonniers...mais là quand même ! La covid ce n'est pas la peste! Nos anciens ne méritent pas ça avec la vie qu’ils ont mené". Didier Bordes est toujours sous le coup de l'émotion et d'une certaine colère après le décès de son père à 93 ans. Pour la famille, Georges Bordes n'est pas mort de la covid mais de maltraitance après avoir été attaché sur un fauteuil dans sa chambre pendant 15 jours. Didier et son frère Denis choisissent une photo pour mettre sur la tombe et avec leur sœur, ils ont décidé de porter plainte.

Une plainte pour l'exemple

"On ne comprend pas pourquoi notre père est resté attaché sur un fauteuil tous les jours pendant 15 jours. C’est pour ça qu’on a décidé de déposer plainte contre l'Ehpad pour homicide involontaire et maltraitance auprès du parquet. J’espère qu'il y aura une issue positive pour que ça n'arrive plus à d’autres personnes." Cherif Chabbi, procureur de la république de Castres procède actuellement à des auditions. Une partie du personnel médical de l'Ehpad mais aussi le médecin de famille qui a prescrit l'ordonnance de contention pour Georges Bordes sont ou seront entendus.

Didier et Denis Bordes choisissent une photo de leur père pour mettre sur la tombe
Didier et Denis Bordes choisissent une photo de leur père pour mettre sur la tombe © FTV

Pour la directrice de l'Ehpad Sarah Caminade-Marty, son établissement n'a fait que respecter le protocole prévu. "Les équipes et moi-même sommes très affectées par ce décès mais aussi choquées par ce que nous avons pu lire dans la presse. Nous réfutons toute maltraitance."

La contention physique remise en cause

C'est justement ce protocole que la famille trouve indigne. En cas de covid dans un établissement, les directives de l'ARS prévoient qu'il peut être procédé de manière exceptionnelle à des mesures de contention, uniquement sur prescription médicale. Le 15 mars dernier, l'Ehpad "La chevalière" de Mazamet (Tarn) avertit la famille Bordes que leur père Georges réside depuis février 2018 a été testé positif au Covid.

Il n'était pas vacciné car dans un premier temps, la famille ne l'a pas souhaité. "L’infirmière coordinatrice nous a confirmé qu’à partir du 15 mars 2021, notre père serait contentionné dans sa chambre. A partir de là, nous ne pouvions plus le voir et nous n'avons eu aucune nouvelle de l'Ehpad."

La question que je me pose : un homme de plus de 90 ans attaché tout seul sur un fauteuil, combien de temps va t-il tenir?  A plus de 90 ans, même sans Covid, on ne peut pas tenir.

Didier Bordes, fils de Georges Bordes décédé à l'Ehpad de Mazamet

La question essentielle reste donc celle des causes de la mort. Selon la famille Bordes, leur père était asymptomatique. "Il était en bonne santé, il avait sa mobilité. Mais tous les jours attaché sur un fauteuil, dans sa chambre tout seul pour pas qu’il sorte. Et la nuit, on lui mettait des somnifères, des sédatifs pour qu'il reste tranquille. Pour moi il n’est pas mort du Covid. Depuis cette affaire, j’ai beaucoup de coups de téléphone sur la maltraitance des anciens." 

Le parquet devra donc déterminer les causes exactes de la mort de Georges Bordes, savoir s'il a été ou pas victime de maltraitances ayant entraîné de manière involontaire son décès.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société justice