"Ô la belle vie" à Mazamet : l'industrie en héritage

« Ô la belle vie » nous embarque à Mazamet dans le Tarn, pour nous raconter l’histoire de cette ville devenue au XIXème siècle, la capitale mondiale de l'industrie du délainage. Aujourd'hui, des mazamétains travaillent à perpétuer un héritage et un savoir-faire, entre luxe et innovation.

Sophie Jovillard sur les hauts de Mazamet
Sophie Jovillard sur les hauts de Mazamet © Grand Angle / France Télévisions

Revoir l'émission

Ô la belle vie à Mazamet

« Ô la belle vie » nous emmène à Mazamet, ville tarnaise, située dans la montagne noire, en plein cœur du parc naturel régional du Haut-Languedoc. Riche de son patrimoine naturel et dotée d’un héritage industriel exceptionnel, la cité s’impose au XIXème siècle comme la capitale mondiale du délainage. Un âge d’or pour le bassin mazamétain, dont l’éclat se diffuse aux quatre coins de la planète. Sophie s’entoure de Rémi Cazal, un historien qui a documenté dans ses ouvrages, cinquante ans d'histoire mazamétaine.

A Mazamet, l’âge d’or de l’industrie du délainage de la peau de mouton, commence en 1851, jusqu’à la fin du 20ème siècle.

Rémy Cazal, historien

Le passé prestigieux de l'industrie laineuse

A Mazamet et dans sa région, le textile est une longue histoire. Avant l’arrivée des industries, le travail de tissage de la laine se pratique le plus souvent dans les fermes mazamétaines et parfois dans les ateliers artisanaux des villages alentours. Au XVIIe siècle, Mazamet est déjà au cœur de la fabrication de tissus de haute qualité. Le patrimoine naturel de la région favorise le développement de l’industrie laineuse. L’élevage d’ovins déjà installé dans ce terroir de moyenne montagne et la qualité des eaux de rivières, assurent un traitement optimal de la matière première : la peau de mouton. Des teintures s’invitent en bonus. Elles sont réalisées à base de plantes locales, comme la garance, le pastel ou encore le tournesol,

Au XIXème siècle, l'industrie se déploie grâce au savoir-faire d’hommes et de femmes comme Pierre-Elie Houlès qui donne le coup d’envoi à une technique unique au monde : celle du délainage à partir du procédé dit de « l’échauffe ». Une pratique qui consiste à faciliter l’arrachage, en ouvrant complétement les pores de la peau et sans abîmer la matière. Cette maitrise du délainage est à la base de la renommée de la ville. Les entrepreneurs mazamétains se tournent alors vers des pays du monde entier, comme l’Argentine, l’Australie, ou encore la Nouvelle-Zélande, pour s’approvisionner en peaux lainées. 

Les innovations du XXIème siècle

Aujourd’hui, des irréductibles continuent de perpétuer, à leur manière, l’héritage de cet âge d’or industriel révolu. Pierre Bonneville est le vice-président de la filature Jules Tournier. Il représente la sixième génération à diriger cette entreprise détenue par les membres d’une même famille depuis 150 ans.

Extrait de l'émission "Ô la belle vie" à Mazamet

Une véritable institution mazamétaine qui a su se réinventer dans le tissu haut de gamme et suivre les évolutions technologiques pour la création de tissus innovants avec des fibres hyper résistantes (15 fois plus résistantes que l’acier). Une entreprise devenue, entre autre, le leader mondial du tissu anti-perforation pour les tenues d’escrime. La maison Tournier a été fondée en 1865, et bénéficie aujourd’hui du label entreprise du patrimoine vivant. « Nous n'avons jamais envisagé de délocaliser » explique le dirigeant à Sophie, en lui précisant : « On est mazamétains et on essaye de faire travailler le maximum de mazamétains ».

Chaine de fabrication du tissu dans les établissements Jules Tournier. Une action d'ourdissage qui consiste à assembler les fils pour le tissage.
Chaine de fabrication du tissu dans les établissements Jules Tournier. Une action d'ourdissage qui consiste à assembler les fils pour le tissage.

Mégisserie et maroquinerie

L’essor de l’industrie laineuse donne naissance à un autre fleuron : celui de la mégisserie et de la maroquinerie. Une ressource toujours précieuse car convoitée par les marques de luxe.

Jérôme Verdier est un cadre voyageur. Il vient d'un grand groupe international, expatrié en Indochine et à Singapour. A 40 ans, il décide de revenir dans sa région d’origine. Attiré par le travail du cuir, il reprend en 2008 l’entreprise Alran qui perpétue un savoir-faire depuis 1903. Il explique à Sophie « la mégisserie est une tannerie spécialisée dans les petites peaux : les ovins et les caprins ». « Nous, nous sommes spécialisés dans la peau de chèvre » précise-t-il.

Aujourd'hui en France, on doit être une trentaine de mégissiers et vingt-cinq tanneurs 

Jérôme Verdier, chef d'entreprise

Des cuirs de couleurs sapin, piment, fuchsia, rose, etc. « L’inspiration vient au moment où les couleurs sont créées. Il faut être innovant. Les marques, les artisans, recherchent à chaque saison de nouvelles initiatives et de nouvelles idées pour leurs propres productions » précise le dirigeant  à Sophie.

On est à fond dans la haute-couture. Des salons sont organisés chaque année.

Jérôme Verdier, chef d'entreprise

Des peaux passées sur des tapis et liégées à la main, notamment la chèvre Madras, pour donner à leur surface une texture particulière. Un cuir destiné à la maroquinerie, l'ameublement, la reliure, la gainerie, ou encore, la chaussure. 

Pièces de cuir stockées dans l'entreprise Alran
Pièces de cuir stockées dans l'entreprise Alran © Grand Angle / France Télévisions

Ô la belle vie": Mazamet, l'industrie en héritage
Emission présentée par Sophie Jovillard. Réalisé par Flo Laval. Une coproduction France 3 Occitanie/Grand Angle Productions.


Diffusion le dimanche 9 mai 2021, à 12h55

Recevoir France 3 Occitanie

Sur la TNT : chaîne 3

Réception via l’ADSL d'Orange, SFR, Free, Bouygues Télécom, Numéricable et Darty

Votre installation vous permet de recevoir les 24 antennes régionales de France 3, en simultané, au choix selon vos envies.

Voici les canaux, qui différent en fonction de votre opérateur :

Orange SD : 317 et 314
SFR HD : 444 et 447
Free HD : 315 et 318
Bouygues Télécom Bbox : 483 et 486
Numéricable LaBox : 444 et 447
Darty Box : 305 et 310

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
médias économie télévision industrie