• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Opposition au barrage de Sivens : les forces de l'ordre commencent à déboiser

D'énormes abatteuses sont utilisés par les bucherons protégés par les gendarmes / © Christelle Sivatte France 3 Midi-Pyrénées
D'énormes abatteuses sont utilisés par les bucherons protégés par les gendarmes / © Christelle Sivatte France 3 Midi-Pyrénées

Le bois inexpugnable dans lequel s'étaient installé les opposants au barrage de Sivens commence à être détruit par d'énormes abatteuses et débroussailleuses protégées par près de 130 gendarmes qui se sont encore une fois heurté aux opposants. Gérard Onesta demande l'intervention de Ségolène Royal

Par MP + AFP

Le déboisement de la zone du futur barrage de Sivens (Tarn), qui suscite des échauffourées sporadiques depuis lundi entre forces de l'ordre et opposants au projet, a donné lieu mercredi à de nouveaux heurts,

Onesta interpelle Royal
Gérard Onesta (EELV), vice-président du conseil régional de Midi-Pyrénées présent sur le site mercredi après-midi et interrogé par téléphone a lancé "un
appel solennel à Ségolène Royal, ministre de l'Écologie, pour qu'elle décide un moratoire, alors que les grosses machines entrent en action et créent une situation irréversible".

Echauffourées
Les militants écologistes, dont le nombre a parfois atteint 200 personnes sur le site, ont érigé mercredi de nouvelles barricades pour empêcher l'arrivée des
matériels d'abattage lourds tandis que des agriculteurs sympathisants les appuyaient en gênant l'accès de la zone avec leurs tracteurs.
"Cela n'a pas suffi: les tracteurs ont été déplacés par les gendarmes mobiles", a déclaré le porte-parole du collectif pour la sauvegarde de la zone humide du
Testet, Ben Lefetey.
"Deux barricades ont été reprises par l'escadron mobile. Le déboisement se poursuit", a indiqué de son côté la gendarmerie du Tarn.

Guerre des communiqués
L'opération a donné aussi lieu mardi et mercredi à un combat de communiqués entre les tenants du projet, dont la mairie de Lisle-sur-Tarn, et les soutiens des opposants.
La maire de Lisle-sur-Tarn Marie-Line Lherm "en appelle au calme" de toutes les parties, dans un communiqué concentrant toutefois ses critiques
sur les opposants.
"Les riverains sont excédés par les agissements d'individus violents, cagoulés et armés " souligne-t-elle, en précisant que "les habitants des communes concernées se sont exprimées par écrit ou oralement dans le cadre de l'enquête publique, et cela de manière majoritairement favorable" au barrage.
En revanche, France Nature Environnement Midi-Pyrénées et Nature Midi-Pyrénées s'associent au collectif du Testet pour  souligner que "des recours juridiques sont toujours en cours" et pour qualifier de "farce", "l'exemplarité environnementale" du projet revendiquée par le Conseil général et la préfecture du Tarn.
Au niveau national, Europe Écologie - Les Verts exprime "tout son soutien" aux opposants à ce "projet désuet qui répond à la logique d'une agriculture productiviste".
M. Onesta estime qu'un moratoire est d'autant plus indispensable que "le tribunal administratif doit se prononcer dans les prochains jours sur la légalité de l'arrêté préfectoral autorisant le déboisement".
Selon lui, "Ségolène Royal a entre les mains la possibilité d'une sortie de crise immédiate; si elle ne le fait pas, elle sera comptable de ce carnage écologique".

Par téléphone, Gérard Onesta interpelle Ségolène Royal
Gérard Onesta

A lire aussi

Sur le même sujet

Montpellier "modèle durable contre l'extrême droite" après les Européennes, selon Philippe Saurel

Les + Lus