Pour son avocat, le gendarme qui a tué Rémi Fraisse n'est "ni coupable, ni responsable"

Maître Jean Tamalet, qui défend le gendarme mobile qui a lancé la grenade offensive mortelle, s'exprime pour la première fois dans Le Parisien/Aujourd'hui en France. Pour lui, son client "n'est ni coupable, ni responsable, mais il était présent et c'est sa grenade qui a tué"

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Son client est "dans le même état d'esprit qu'un conducteur qui s'est parfaitement conformé au Code de la route, mais dont le véhicule a heurté mortellement un autre usager qui n'aurait pas respecté une interdiction" indique au Parisien-Aujourd'hui en France, Maître Jean Tamalet, l'avocat du gendarme mobile de 32 ans qui a lancé la grenade offensive qui a tué Rémi Fraisse le 26 octobre dernier sur le site du barrage de Sivens, il y a un mois jour pour jour.

"Il n'est ni coupable, ni responsable, mais il était présent, et c'est sa grenade qui a tué", indique l'avocat, ajoutant : "Il apprend à vivre avec ce drame malgré la pression émotionnelle forte". 

A la question "a-t-il délibérément visé Rémi Fraisse ?", l'avocat répond "en aucun cas". "La grenade utilisée, précise-t-il, est une arme de dissuasion, en principe non-mortelle. Il était de toute façon impossible de distinguer en pleine nuit un individu en particulier". 

Avant de conclure : "A aucun moment, il n'a cherché à provoquer ce drame".