Cet article date de plus de 4 ans

Le tribunal administratif de Nîmes valide l'interdiction d'une conférence d'Hani Ramadan

La municipalité de Nîmes a annoncé vendredi dernier l'interdiction d'une conférence de l'islamologue Hani Ramadan organisée par la mosquée Lumière et Piété. Le tribunal administratif de Nîmes, saisi par les responsables de la mosquée, vient de rejeter ce recours et donc de valider l'interdiction.

Hani Ramadan en conférence à Nice - 16 avril 2016
Hani Ramadan en conférence à Nice - 16 avril 2016 © Maxppp

La municipalité de Nîmes a pris vendredi un arrêté visant l'interdiction de la tenue d'une conférence organisée samedi par la mosquée Lumière et Piété, au cours de laquelle devait intervenir l'islamologue suisse Hani Ramadan, frère de Tariq Ramadan.

L'interdiction de la conférence d'Hani Ramadan validée


Les responsables de la mosquée et notamment Nourredine Essadik, le président, avaient alors saisi le tribunal administratif. Ce recours a donc été rejeté par le TA ce lundi.

durée de la vidéo: 01 min 32
Le tribunal administratif de Nîmes valide l'interdiction d'une conférence d'Hani Ramadan ©F3 LR

Possible "trouble à l'ordre public"


"La tenue de cette conférence est susceptible d'attiser la discrimination entre les hommes et les femmes, de porter atteinte à la cohésion sociale dans un contexte de polémiques exacerbées par les récents événements terroristes et de provoquer un trouble grave à l'ordre public.", avait déclaré Franck Proust, premier adjoint de la ville, qui assume les fonctions de maire pendant la convalescence de Jean-Paul Fournier (LR).

15 jours pour faire appel


L'association cultuelle qui gère la mosquée Lumière et Piété dans le quartier de Valdegour à Nîmes se réunira ce lundi soir pour décider des suites qu’elle donne au jugement du tribunal administratif. Elle a 15 jours pour faire appel de cette décision.

Une "censure" pour Hani Ramadan


"Le "maire" entend interdire par anticipation une réunion. Par hypothèse, il ne sait pas quels propos vont être tenus, mais il estime que ces propos seront tels que la seule solution est d’interdire préventivement cette réunion. Ainsi, le "maire" revendique clairement un processus de censure.", peut-on lire dans un communiqué sur un blog édité par Hani Ramadan.

Islamologue controversé


Le frère de Tariq Ramadan, et petit-fils du fondateur des Frères musulmans, s'est particulièrement fait remarquer par ses propos en faveur de la lapidation, et pour sa comparaison entre une femme non voilée et une pièce de deux euros : "visible par tous, elle passe de mains en mains" a-t-il déclaré.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
religion société justice politique sécurité polémique