Cet article date de plus de 4 ans

Voilà 107 ans que ça dure!

107 ans. C'est ce qu'a duré la construction de Notre Dame de Paris. D'où l'expression attendre 107 ans pour dire : c'est interminable. Il y a 107 ans, jour pour jour, Rodolfo Gaona donnait la première gaonera. Et personne n'en est encore lassé.
© El Giraldillo
23 janvier 1910. Plaza de toros El toreo de la Condesa (Mexique). Le toro s'appelle Pinalito (Marqués de Saltillo). Rodolfo Gaona, 22 ans, soulève lentement le capote; avec cette solennité qui le caractérise il le fait passer dans son dos; il appelle. Le toro vient. Voilà, la première gaonera (qui ne porte pas encore ce nom) vient d'être donnée en public.
L'arène El toreo de la Condesa n'existe plus depuis 1946. La formidable extension de la capitale l'a engloutie sans faire de sentiment. On n'a pas mis 107 ans pour la construire. Et sa destruction a été plus rapide encore.
De 1907 à 1946, en moins de 40 ans d'existence, cette enceinte a pourtant accueilli, outre Gaona et la gaonera d'autres artistes de premier plan. Le clown Cantinflas, le boxeur Jack Dempsey, le violoncelliste Pau Casals, le tenor Caruso.

107 ans ont passé. La gaonera, parfois avec des variantes, est au répertoire de la plupart des toreros contemporains. Mais on note que c'est souvent au Mexique qu'elle est donnée avec le plus de sentiment…


Gaoneras de Talavante

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
signes du toro culture tauromachie