• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Le week-end taurin en images

Pour la corrida goyesque, la piste d'Arles a été cette année confiée à Hervé Di Rosa. / © André Hampartzoumian
Pour la corrida goyesque, la piste d'Arles a été cette année confiée à Hervé Di Rosa. / © André Hampartzoumian

Des capes multicolores suspendues au mur d'enceinte et - peinte sur la piste - la silhouette noire du "torero hiératique" qui le hante : Hervé Di Rosa a parfaitement réussi "sa" goyesque. C'est l'image la plus forte du week-end taurin. Mais ce n'est pas la seule…

Par Joël Jacobi

Voici l'image la plus surprenante.

Samedi 9 septembre, chez Núñez del Cuvillo / © @RSIETE7
Samedi 9 septembre, chez Núñez del Cuvillo / © @RSIETE7
Au moment même où s'ébranlait le paseíllo de la goyesque d'Arles, José Tomás arrivait à "El Grullo", la finca de Núñez del Cuvillo pour la tienta de plusieurs vaches.
Mise en ligne par "R7" , la photo que nous reproduisons s'est instantanément retrouvée sur les smartphones des taurins du monde entier accompagnée d'une question : est ce que cela signifie qu'il prépare son retour?
On n'a pas la réponse…


Voici l'image la plus patriotique

Sautant comme un espontaneo après la faena de Juli à Arles, ce militant anti-taurin voulait sans doute perturber la corrida : il n'a fait que renforcer l'enthousiasme des spectateurs. / © FRANCE 3
Sautant comme un espontaneo après la faena de Juli à Arles, ce militant anti-taurin voulait sans doute perturber la corrida : il n'a fait que renforcer l'enthousiasme des spectateurs. / © FRANCE 3

Samedi 9 septembre, Arles. El Juli avait (bien) toréé le premier Domingo Hernández et le public réclamait l'oreille. C'est le moment que choisit un énérgumène au torse nu abondamment tatoué pour bondir en piste. C'était un militant anti-taurin agissant selon les techniques de l'agit-prop et le protocole de l'espontáneo. Promptement mis à terre par les banderilleros et les vigiles de l'arène, il fut reconduit hors piste aux accents de Coupo Santo, puis de La Marseillaise, deux hymnes repris à pleins poumons par les aficionados.


Voici l'image la plus réconfortante

Emilio de Justo. Dax, samedi 9 septembre 2017, troisième toro de Victorino Martín.


Le novillero vénézuélien Jésús Enrique Colombo qui sera ce vendredi à Nîmes avant de prendre l'alternative en octobre à Saragosse, a montré dimanche à Dax que la corrida avait un bel avenir. Avec Andy Younès, qui sera fait matador ce week-end à Nîmes, la relève est assurée.
Mais les anciens, les oubliés, les réprouvés du système ne baissent pas la tête. Dimanche à Arles, Mehdi Savalli, s'est montré à la hauteur d'un excelent Baltasar Ibán. Et la veille à Dax, Emilio de Justo a donné deux belles faenas aux Victorino Martín.

 

Sur le même sujet

Les “gilets jaunes” d’Alès ont de nouveau investi la rocade

Les + Lus