18 kilos de cocaïne... Une saisie record à Paris

ILLUSTRATION / © JIMMY PIRELA / AFP
ILLUSTRATION / © JIMMY PIRELA / AFP

La police judiciaire parisienne a effectué sa "plus grosse saisie de cocaïne de l'année" 2015 dimanche, lors d'une opération menée avec la PJ de Marseille. Les policiers ont saisi 18 kilos de cocaïne, 17 kilos de cannabis, mais également des armes de poing  et des explosifs. 

Par France 3 Paris IDF (avec AFP)

18 kilos de cocaïne, 17 kilos de résine de cannabis, cinq armes de poing, un détonateur et 400 grammes d'explosif de type TNT... Voilà pour les chiffres de la saisie record de l'année 2015 effectuée dimanche par la PJ parisienne, de concert avec la police judiciaire de Marseille.

Une filature ralentie par les attentats

Tout est parti d'une enquête de la PJ marseillaise sur un réseau "qui s'approvisionnait en Île-de-France", raconte Christophe Descoms, chef de la brigade des stupéfiants de Paris. Les policiers parisiens ont alors pris en filature, à partir du centre de la France, une équipe venue "s'approvisionner" dans la nuit de mardi à mercredi.

Si les attentats du 13 novembre ont ralenti la filature et l'intervention, l'équipe de trafiquants a réapparu dans la nuit de samedi à dimanche. Pris en filature toute la journée, ils ont effectué une première transaction à Goussainville, dans le Val-d'Oise, puis à Noisy-le-Sec, en Seine-Saint-Denis, où ils sont interpellés en flagrant délit.

Plus de 300.000 euros en liquide

Plusieurs centaines de cartouches et des véhicules, dont un Porsche Cayenne, et plus de 300.000 euros en liquide ont également été saisis. Trois Marseillais d'une trentaine d'années ont ainsi été interpellés en possession de deux kilos de cocaïne, ainsi que trois fournisseurs présumés. Quelque six kilos de cocaïne ont été retrouvés dans un véhicule laissé à Goussainville, et les enquêteurs ont saisi dans un appartement 10 kilos de cocaïne ainsi que le cannabis, l'argent, et les armes.

Au même moment à Marseille, la police, qui attendait le flagrant délit parisien, démantèle le réseau marseillais et interpelle onze personnes. "Notre objectif est de faire tomber les réseaux et de mettre les gens en prison", a souligné Christophe Descoms.




Sur le même sujet

Les + Lus