240 750 euros pour le squelette d'un mammouth

Il vivait il y a  douze à quatorze mille ans. Son squelette complet était vendu aux enchères hier à Paris par la maison Sotheby's. 

Par Christian Meyze

Un squelette complet de mammouth de Sibérie, Mammuthus primigenius, le plus gros mammifère terrestre de tous les temps, a été vendu mardi 2 octobre, à Paris 240.750 euros lors d'une vente organisée par Sotheby's. L'identité de son acquéreur n'a pas été communiquée.

Ce mammouth était la  pièce maîtresse d'une vente intitulée "Histoire naturelle". Il avait été estimée entre 185.000 et 250.000 euros.
Ce specimen imposant (3,50 m de haut sur 3,40 m de long), qui montre notamment deux impressionnantes défenses, est le représentant d'une espèce contemporaine de l'Homme de Neandertal au Paléolithique moyen et de l'Homo sapiens au Paléolithique supérieur, jusqu'à son extinction il y a environ 12.000 ans.
 / ©
/ ©

C'est la troisième fois que Sotheby's organise en France une vente entièrement consacrée aux "merveilles de la nature".

Outre ce squelette, de nombreuses autres pièces étaient proposées. Une patte de dinosaure "apatosaure" a trouvé acquéreur pour 48.750 euros, son prix
d'estimation. Une défense de mammouth provenant de Russie (Pléistocène tardif), estimée entre 20.000 et 25.000 euros, a été vendue 24.750 euros.
Un oeuf intact d'Aepyornis maximus, plus gros oiseau du monde aujourd'hui disparu, originaire de Madagascar, estimé entre 35.000 et 45.000 euros, a été vendu 36.750 euros. Une fleur de palmier fossilisée (Eocène), estimée entre 40.000 et 60.000 euros, a été adjugée pour 48.750 euros. Une table incluant un panneau de bois fossile, estimée entre 50.000 et 70.000 euros, a été vendue 48.750 euros également. Une ammonite couleur caramel a trouvé preneur à 15.000 euros.

 Au total, sur la centaine de lots qui étaient proposés à la vente, ce sont les pièces plus décoratives -ammonites, coquillages, panneaux de bois fossiles- qui se sont le mieux vendues, tandis que des pièces plus "muséales", comme des crânes d'alligator ou de caïman, n'ont pas trouvé preneur, explique Sotheby's.
Même s'il est sans doute plus simple de placer un crâne d'alligator qu'un squelette de mammouth sur un guéridon de salon.


Sur le même sujet

Deux paysagistes proposent une tombe-jardin plus écologique et moins chère

Les + Lus