Cet article date de plus de 8 ans

Polémique autour d'un hommage à Henri Krasucki

Une soirée hommage à Henri Krasucki à la maire de Paris, ancien leader de la CGT dans les années 80, suscite une polémique avec un élu UMP
© AFP
Casquette à la main et gouaille à la bouche, Henri Krasucki incarne une certaine image du titi parisien. C'est sans doute une des raisons pour lesquelles la mairie de Paris veut lui rendre hommage à l'occasion d'une soirée jeudi 11 octobre. 

Mais c'est aussi pour saluer l'ensemble d'une vie: résistant FTP-MOI, déporté et surtout secrétaire général du syndicat CGT de 1982 à 1992.

C'est ce dernier point qui suscite l'indignation d'un élu UMP de Paris. Jérome Dubus, par ailleurs responsable du MEDEF Ile de France accuse dans un communiqué Bertrand Delanoë de "gestion partisane". Il met en avant le coût de cette soirée et estime que le maire de Paris veut "chouchouter sa majorité de gauche". Mais il s'en prend également à l'action syndicale d'Henri Krasucki.

"Responsable de nombreux conflits sociaux qui ont perturbé de nombreuses entreprises et ont fait perdre de nombreux emplois, le bilan de monsieur Krasucki est pour le moins controversé. Après avoir coûté des milliards de perte à l'économie française, faut-il y ajouter encore des milliers d'euros pour la soirée du 11 octobre", écrit Jérome Dubus.

Ian Brossat, président du groupe Front de gauche au conseil de Paris monte au créneau et sur ses grands chevaux pour défendre la mémoire d'Henri Krasucki. "De tels propos sont ignobles, ils nous rappellent la droite la plus rance", écrit-il dans un communiqué. Le jeune élu parisien rappelle le passé résistant de l'ancien leader de la CGT. "Je me battrai pour que la mémoire de tous ceux qui choisirent la résistance ne soit ni trahie, ni traînée dans la boue pour de crasses considérations politiciennes", ajoute-t-il.

Des airs de Don Camillo à l'Hôtel de ville, assez habituels lorsqu'on évoque lors des débats des nominations de rues ou de lieux. Polémiques sur le parvis Jean-Paul II ou encore une rue Robespierre.

En 2004, la mairie de Paris avait donné le nom d'une place dans le XX ème arrondissement à Henri Krasucki.








Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique