Sevran: les aides obtenues par le maire actées lors d'un conseil municipal

La ville de Sevran a adopté vendredi soir lors d'un Conseil municipal extraordinaire un voeu prenant acte des "propositions du ministère de la ville et des 5 millions accordés à Sevran, après la grève de la faim de son maire S. Gatignon.

En l'absence de M. Gatignon, affaibli par ses cinq journées de grève de la faim et resté près de ses proches pour "se reposer", les élus de la ville ont adopté ce voeu à une majorité de 36 voix, deux élus ayant choisi de s'abstenir et cinq autres de ne pas prendre part au vote. 

Par ce vœu, les élus ont estimé que les cinq millions d'euros accordés à la ville "devraient permettre de faire face" aux "engagements immédiats et d'assurer l'achèvement des chantiers en cours dans la ville".

"Le combat de Stéphane Gatignon a été un exemplaire", a salué Jean-François Baillon, élu EELV, devant plusieurs centaines d'habitants venus assister à la séance. "La cause des villes pauvres et de leurs habitants est désormais connue de tous", a abondé Bernard Portel (PS), saluant une action "courageuse".
"Les questions essentielles n'ont pas été réglées", a toutefois regretté Danielle Bené, du Front de Gauche, critiquant le "manque de cohérence" du maire, un élu UMP, Alex Duvallon, pointant de son côté la "gestion" de la ville, épinglée dans un rapport récent de la cour régionale des comptes.

Ce rapport, publié le 28 mars 2012, a notamment relevé "des charges de personnel importantes qui grèvent les marges de manoeuvre de la commune" et des "charges de fonctionnement non maîtrisées"

Le maire de Sevran a mis fin jeudi à une grève de la faim de cinq jours devant l'Assemblée nationale, affirmant avoir obtenu gain de cause pour le budget de sa commune, crédité selon lui d'une "dotation budgétaire structurelle (...) aux alentours de 5 millions d'euros par an".

Par ailleurs, les augmentations prévues par le budget de l'Etat en 2013 pour un certain nombre de crédits de la politique de la Ville, comme la Dotation de solidarité urbaine (DSU), seront affectées en priorité aux communes les plus en difficulté, d'après la municipalité.