• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Le crowdfunding, star du Web 12

Parmi les présentations qu'on peut observer au Web12, une place de choix est offerte aux compagnies qui sont sur le point de lancer des objets connectés innovants. Et ces start-up ont une chose en commun : elles ont presque toutes eu recours à une campagne de crowdfunding.

Par Hugo Leenhardt, avec OC

            Le crowdfunding est une mode qui nous vient bien évidemment des États-Unis. Et chez eux, ça marche pas mal ! Le concept est simple : vous avez un projet, vous créez une page pour le présenter et vous essayer de récolter de l'argent. Mais l'originalité du crowdfunding c'est le "donnant-donnant" : en échange de votre argent, le fondateur du projet s'engage à vous offrir quelque-chose. Plus votre contribution est élevée, plus la récompense est élevée. Au Web 12, le crowdfunding est partout : les représentants des plate-formes d'un côté et les entrepreneurs de l'autre.

James Stolp, Jeff Hagins et Ben Edwards de la startup SmartThings / © Pour les entrepreneurs, le crowdfunding est une opportunité incroyable. Il permet de faire connaître son projet très rapidement à des utilisateurs avertis. C'est pour cela, bien plus que pour l'argent, que les start-up se rendent sur le site. Jeff Hagins, le fondateur de SmartThings, a levé plus de 1,2 millions de dollars sur Kickstarter et il confirme cette tendance : "Pour nous, la campagne Kickstarter n'a pas été profitable, c'est impossible d'amasser de l'argent sur ce site quand on est une start-up. En échange de l'argent, on donne des produits que l'on doit en plus expédier. Par contre, 5 700 personnes ont donné de l'argent. Ça fait une bonne base pour commencer". En effet, le crowdfunding n'a pas été créé au départ pour financer des compagnies. L'idée était que des particuliers puissent récolter de l'argent pour des projets personnels comme écrire un livre ou produire un CD. Conséquence directe : le crowdfunding doit innover pour toucher les entreprises.

Le nouveau crowdfunding

On estime que 500 plate-formes de financement participatif existent à travers le monde. Funded By Me est un des sites de crowdfunding les plus innovants. Son créateur Arno Smith est parti d'un constat simple : "l'amour pour le produit meurt assez rapidement après la fin de la collect  / ©
Kickstarter. Il fallait un moyen de pérenniser le lien entre ceux qui donnaient de l'argent et ceux qui le recevaient".
L'idée de départ était d'ouvrir le capital de la start-up à des investisseurs. Les créateurs d'entreprise peuvent donc proposer à des investisseurs potentiels d'acheter des parts de leur entreprise, directement sur ce site. L'ironie de cette histoire ? Arno Smith s'était d'abord tourné vers Kickstarter pour financer son idée mais le site n'acceptait pas la participation de projets hors-États-Unis. Funded By Me s'est du coup lancé tout seul.

Cap sur le monde

L'international est la prochaine frontière du crowd-funding. En France, KissKissBankBank existe mais les projets récoltent des sommes extrêmement éloignées des success-stories à l'américaine. Voyant une ouverture potentielle, les sites annoncent les uns après les autres leur arrivée sur le marché européen. Indiegogo a profité du Web 12 pour annoncer que la plate-forme s'ouvre aux projets français. Avis à ceux qui pensent avoir une idée géniale.

Sur le même sujet

Portrait du cyclo touriste Thierry Breton

Les + Lus