• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Le cambrioleur retrouvé grâce à Serge Gainsbourg

© Philippe Wojazer/AFP Photos
© Philippe Wojazer/AFP Photos

Un cambrioleur albanais de 26 ans a été confondu par la photo de Serge Gainsbourg figurant sur le fond d'écran d'un ordinateur qu'il avait dérobé et qui a permis de confirmer le lien avec la propriétaire victime.

Par Christian Meyze

Elle aime Serge Gainsbourg au point de mettre des photos de lui sur tous ses objets, dans tous ses écrans. Il y a quelques jours, cette jeune femme qui aime Gainsbourg est victime d'un cambriolage chez elle, à Saint Maur-des-Fossés (Val de Marne). On lui vole de l'argent, des bijoux, son ordinateur portable et un téléphone mobile. 

Quelques jours plus tard, lundi 14 janvier, le hasard et Serge Gainsbourg vont se charger de retrouver les biens volés de cette jeune femme.

Lundi 14 janvier, dans la matinée, dans le Xème arrondissement de Paris, un homme s'apprête à fumer du crack dans son véhicule stationné. Passe alors, à ce moment, une patrouille de police qui repère le fumeur de crack et l'interpelle. Les policiers découvrent sur lui un autre caillou de crack, un faux permis de conduire étranger et, dans sa voiture, un ordinateur et un téléphone, portables. Sur l'écran de l'ordinateur, protégé par un mot de passe, une photo de Gainsbourg, ainsi que le nom d'une jeune femme.

Une simple recherche sur internet et les réseaux sociaux permet alors aux enquêteurs de retrouver une jeune femme dont le nom et les coordonnées peuvent correspondre à la victime. Et tout d'un coup, "Bingo!" : sur son compte Facebook figure en illustration, une photo... de Serge Gainsbourg.

La suite de l'histoire est simple, bien sûr. La confrontation confirme l'affaire et montre que l'ordinateur et le téléphone mobile retrouvés dans la voiture du cambrioleur sont bien ceux qui ont été volés à la jeune femme.

Le cambrioleur, de nationalité albanaise et déja interdit de séjour sur le sol français pour d'autres faits, a été déféré au Parquet de Paris.

Sur le même sujet

Paris : les soignants de la maternité de l'hôpital Lariboisière appellent “à l'aide”

Les + Lus