Cet article date de plus de 8 ans

Un rassemblement de soutien aux grévistes à PSA mardi 5 février

Quatre ouvriers soupçonnés d'avoir participé à l'agression d'un huissier qui venait constater, à la demande de la direction, des dégradations dans l'usine le 18 janvier étaient convoqués mardi 5 février en début d'après-midi pour un entretien en vue de leur licenciement.
© William Van Qui/France3 Paris
Un rassemblement  a réuni plusieurs centaines de personnes, des grévistes, des personnalités politiques, élus locaux ou nationaux, sur le parking de l'usine d'Aulnay.

L'usine PSA Peugeot-Citroën d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), qui doit fermer en 2014, était toujours à l'arrêt mardi, bloquée par une grève à l'appel de la CGT.

"Ce sont toujours les mêmes grévistes et dans la même proportion", a indiqué une porte-parole de la direction de l'usine, soulignant qu'il y avait "un important absentéisme" comme c'est le cas depuis le début du mouvement le 16 janvier. Absenteïsme qui a entraîné la fermeture du site par la direction pendant une semaine.

La direction n'a pas tenté de démarrer la chaîne mardi matin. "Des grévistes ont fait éclater un pétard à la peinture ce matin, c'est dangereux", a expliqué la porte-parole.


durée de la vidéo: 01 min 33
Mobilisation PSA

Reportage de William Van Qui et Nedim Loncarevic

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
psa automobile social économie