Cet article date de plus de 8 ans

Les faux avocats tissent leur toile

On trouve de tout sur internet... même de faux avocats! Les arnaques sont de plus en plus répandues. Le Barreau de Paris a ouvert son propre site pour contrer ces hommes de loi fantoches qui vous proposent par exemple de divorcer pour 300 euros...
Internet est le terrain de chasse privilégié des "braconniers du droit".
Internet est le terrain de chasse privilégié des "braconniers du droit". © Nédim Loncarévic / France 3 IDF
"divorcez pour 300 euros", "avocats gratuits en lignes", "notre cabinet vous répond en 5 minutes". Derrière ces slogans accrocheurs et ces offres alléchantes, c'est en général l'arnaque qui guette.. 
Pour lutter contre ces faux avocats appelés "braconniers du droit", le barreau de Paris a créé un site internet et multiplie les procédures judiciaires..

Quelques conseils pour éviter les pièges:
- Un tarif attractif (forfait défiant toute concurrence, conseils prétendus gratuits, paiement en ligne et la plupart du temps avant qu’une réponse ne vous soit envoyée).
- Des réponses à des problèmes de droit basique (les braconniers du droit prétendent avoir une compétence très large et insistent sur le fait d’intervenir dans de nombreux domaines du droit).
- Absence de contact personnalisé (tout se passe par internet, par email ou par téléphone via un numéro surtaxé avec la promesse d’obtenir une réponse rapide)
- L’anonymat de ces prétendus professionnels
- Fausse adresse ou pas d’adresse de la société hébergeant ou ayant créé le site.

Pour obtenir des informations supplémentaires ou signaler un abus
http://www.garantieavocat.org/


>> Voir le dossier réalisé par Laurence Barbry et Nédim Loncarévic






Les peines encourues par ces faux avocats
- Pour le délit d'exercice illégal de la profession d'avocat, les auteurs encourent une amende de 4500 euros. En cas de récidive c'est une amende de 9000 euros et 6 mois d'emprisonnement.
- Pour le délit d'usurpation de titre, les auteurs encourent 1 an d'emprisonnement et 150.000 euros d'amende.


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société