Rencontre : Pour Nicole, l'alpaga c'est son dada

Nicole a succombé à la passion de son fils et elle l'assume. Cette retraitée d'Île-de-France prend son rôle très au sérieux. Au sein de l'élevage, elle bichonne, elle pomponne, elle cajole les alpagas et elle ne s'en lasse pas.

Quelle drôle d'idée d'élever des alpagas dans le Val-d'Oise ! Nicole, elle aussi, a trouvé ça surprenant lorsque son fils a  décider d'acheter ses deux premiers spécimens d'alpagas. Depuis, elle le défend haut et fort car c'est vraie bonne idée!

Ils sont trop beaux, tellement doux, tellement gentils et affectueux






Nicole a un rôle très précis dans l'élevage du fiston " j'assiste les mises bas, je prodigue les premiers gestes au cas ou et je gère la première semaine de la naissance du bébé", et qu'est ce qu'elle aime ça.
Elle aime aussi partager cette passion avec le public qu'elle reçoit à la filature de la vallée des Saules, car l'élevage est ouvert au public et notamment aux enfants.
"Je leur explique que l'on élève les alpagas pour leur laine soyeuse et bien sur naturelle. Les enfants sont toujours très surpris quand je leur explique qu'avec cette laine on fabrique des vêtements".