Jean-Marie Le Pen en meeting à Pontoise : “Le score du Front National est une véritable gageure”

Jean-Marie Le Pen répond aux média le soir du 1er tour des élections départementales, à Nanterre (Hauts-de-Seine). / © KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Jean-Marie Le Pen répond aux média le soir du 1er tour des élections départementales, à Nanterre (Hauts-de-Seine). / © KENZO TRIBOUILLARD / AFP

Le Président d'honneur du Front National était à Pontoise mardi soir pour soutenir le binôme dans ce canton du Val d'Oise, arrivé en 2e position au soir du 1er tour des élections départementales derrière l'UMP. 

Par Olivier Couvreur

Le président d'honneur du Front national, Jean-Marie Le Pen, a qualifié de "véritable gageure" le résultat obtenu par son parti au premier tour des élections départementales, comparant sa progression à un "courant qui remonte le lit d'une rivière", lors d'un meeting mardi soir à Pontoise, dans le Val-d'Oise.

La novation c'est que le Front national arrive désormais en tête des élections. C'était vrai aux élections européennes, c'est encore plus extraordinaire aux élections départementales. (...) Il s'agit d'une véritable gageure, d'un phénomène géographiquement incompréhensible, presque comme un courant qui remonte le lit d'une rivière



Le fondateur du FN était venu soutenir le binôme frontiste dans le canton de Pontoise, arrivé en deuxième position derrière l'UMP. 

Des attaques envers Valls et Sarkozy

A l'unisson des dirigeants frontistes qui répètent depuis dimanche que le FN fait plus de voix que l'UMP ou le PS seuls, il a fustigé "l'enfumage extraordinaire
de la soirée électorale", affirmant notamment: "Nous n'avons pas fait 30% mais nous sommes arrivés en tête". "Ce n'est pas moi qui le dis, c'est le ministère de l'Intérieur", a-t-il ajouté, rappelant que le FN avait réuni plus de 5,1 millions de voix, soit 25,25% des suffrages à l'échelle nationale. 

Le Président d'Honneur du FN a ciblé Nicolas Sarkozy : "Je sais bien que Monsieur Sarkozy, campé sur ses talonnettes, avec d'un côté les béquilles du Modem et de l'autre la béquille de l'UDI, a réussi à franchir théoriquement la première ligne. Mais ce n'est pas un parti politique, c'est une alliance électorale". Puis il s'en est pris au premier ministre Manuel Valls, naturalisé à l'âge de 20 ans : "C'est un Français de 30 ans, moi je suis un Français de mille ans", tout en répétant qu'il n'était "pas raciste" ou "xénophobe", mais "francophile".

Si nous ne prenons pas le pouvoir en 2017, les années qui suivront seront pleines de danger

Jean-Marie Le Pen a qualifié la formation d'extrême-droite de "chance pour la France" dans son discours. Très en verve, le patriarche de la famille Le Pen a parlé pendant plus d'une heure sans note, multipliant les saillies et se laissant aller à des confidences personnelles, devant un auditoire conquis.

Dehors, ce n'était pas des applaudissements mais des huées qui ont accompagné sa venue. En témoignent ces quelques photos postées dans la soirée : 


Sur le même sujet

Les + Lus