• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Qui seront, jeudi, les présidents des conseils départementaux en Ile-de-France

Les départements qui ont basculé / © Francetvinfo
Les départements qui ont basculé / © Francetvinfo

L'Essonne et la Seine-et-Marne ont basculé à droite à l'issue du second tour des élections départementales. Jeudi 2 avril, la nouvelle assemblée départementale doit désigner le président à la majorité absolue, à l'occasion du "troisième tour". Tour d'horizon en Ile-de-France

Par Emmanuèle Bailly

Le deuxième tour des élections départementales est suivi d'un troisième jeudi, lorsque les conseillers départementaux fraîchement élus désigneront les présidents des départements.

La Seine-et-Marne, le plus grand département d'Ile-de-France, a basculé à droite

Dès le soir du premier tour, le parti socialiste était assuré de perdre sa majorité au conseil général de Seine-et-Marne, qu'il avait conquis en 2004.  Au soir du deuxième tour, l’UMP et ses alliés ont obtenu 38 des 46 sièges à pourvoir. Le conseiller général sortant Jean-Jacques Barbaux (UMP) a été réélu dans le canton de Fontenay-Trésigny. Il est l’un des mieux placé pour prendre la présidence du conseil départemental, jeudi. Vincent Eblé, président sortant PS du conseil général, a été réélu avec 100 % des voix sur le canton de Champs-sur-Marne. Le FN espérait décrocher quelques sièges mais à l'issue du second tour il n'obtient aucun conseiller.


Défaite de la gauche en Essonne

L'Essonne, a basculé à droite dimanche à l'issue du second tour des élections départementales. La nouvelle assemblée doit désigner son président à la majorité absolue jeudi, à l'occasion du "troisième tour". 

Après avoir été réélu dimanche dans son canton de Draveil, Georges Tron, 57 ans, est devenu lundi le candidat dissident à la présidence du conseil départemental de l'Essonne, dont le vote est prévu jeudi. Georges Tron a confirmé qu’il voulait toujours se présenter à la présidence du conseil départemental de l'Essonne malgré la décision d’une majorité d'élus UMP-UDI qui a désigné François Durovray, le maire de Montgeron, comme candidat à la succession de Jérôme Guedj, au département.

Et ailleurs en Ile-de-France ?

Le président sortant, Christian Favier, l'emporte dans son canton de Champigny-sur-Marne avec quelque 52% des voix et devrait rester à la tête du département du Val-de-Marne. La droite et le centre ont réalisé un «grand chelem» dans les Yvelines, en remportant la totalité des 21 cantons, a affirmé le président sortant du Conseil général (et qui devrait donc le rester), Pierre Bédier (UMP) dimanche sur le plateau de France 3 Ile-de-France. L'Union de la droite remporte le second tour des élections départementales dans les Hauts-de-Seine avec 26 sièges sur 46. Patrick Devedjian (UMP) devrait conserver sa fonction de président du Conseil général des Hauts-de-Seine. Victoire écrasante pour la droite dans le Val-d'Oise, Arnaud Bazin (DVD), le président sortant, élu sur le canton de l’Isle-Adam, devrait reprendre les rênes du Département. Enfin pour la Seine-Saint-Denis, la droite progresse mais le département reste à gauche,  le socialiste Stéphane Troussel devrait retrouver son siège jeudi.

Sur le même sujet

L'Artichaut, Joey Starr par Karin Viard

Les + Lus