Cet article date de plus de 6 ans

Régionales 2015 : Valérie Pécresse en tête d'un sondage du PS

Dans une enquête d'opinion révélée par Le Journal du Dimanche Valérie Pécresse (UMP) devancerait Jean-Paul Huchon aux prochaines élections régionales. 
© Patrick Kowarick (AFP)
C'est un sondage confidentiel, réalisé par Harris Interactive à la demande du PS. Il a été révélé par nos confrères du Journal du Dimanche. L'objet de cette enquête est d'établir les rapports de force politiques en Ile-de-France à l'approche des élections régionales.
Dans ce document Valérie Pécresse (UMP) arrive en tête au premier tour (25%), devant quatre personnalités socialistes testées à la demande de la rue de Solférino : le président sortant Jean-Paul Huchon (21%) fait jeu égal avec le président de l’Assemblée nationale Claude Bartolone et l’ex-ministre Benoît Hamon. Ces noms ont été évoqué pour ce scrutin francilien.

En effet une primaire doit avoir lieu le 28 mai prochain afin de déterminer le candidat aux prochaines élections. Les candidatures sont ouvertes jusqu'au 4 mai. Marie-Pierre de la Gontrie, première vice-présidente du conseil régionale s'est déjà déclaré et a tenu sa première réunion militante jeudi soir.
L'autre enseignement de cette enquête d'opinion révèle que le président sortant distancerait sa rivale socialiste.  

Marie-Pierre de la Gontrie bénéficie d'une vingtaine de soutiens. Parmi eux se trouvent la maire de Paris Anne Hidalgo, les sénateurs Luc Carvounas
(Val-de-Marne, proche de Manuel Valls) et Marie-Noëlle Lienemann (Paris), les députés Malek Boutih (Essonne), Sandrine Mazetier (Paris) et Jean-Marc Germain (Hauts-de-Seine), les secrétaires d'Etat Jean-Marie le Guen et Myriam El Khomri ou encore la porte-parole du PS Juliette Meadel.

Pour cette avocate de profession, "l'Ile-de-France peut rester à gauche" malgré le recul de la gauche aux dernières élections municipales et départementales. Elle mènera, dit-elle, "une campagne dynamique contre la droite et l'extrême droite".
Mais la perspective d'un duel Huchon-La Gontrie, qui partagent un même bilan et se ne différencient pas politiquement, ne réjouit guère le PS où l'on craint que la droite paie "les pots cassés" d'une "querelle de personnes".

Les élections régionales auront lieu les 6 et 13 décembre 2015.



Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique élections régionales