Bagnard, Chaplin, cape et mur de billets de banque : l'Abbé Pierre et l'hiver 54 en trois histoires

Le 1er février marque le 70ème anniversaire de l'appel de l'hiver 54 de l'Abbé Pierre et de son inlassable combat pour la dignité humaine. L'occasion de revenir sur sa vie et son œuvre indissociable de Paris et de l'Île-de-France à travers trois faits et anecdotes.

Neuilly-Plaisance, premier centre Emmaüs fondé par l'Abbé Pierre

Après avoir été mobilisé comme sous-officier pendant la seconde guerre mondiale, l'Abbé Pierre s'engage dans la résistance et fait notamment passer en Suisse le plus jeune frère de Charles de Gaulle. Avec l'appui du général, l'Abbé Pierre est élu député en Meurthe-et-Moselle. Il vit dans une maison délabrée à Neuilly-Plaisance en Seine-Saint-Denis qu'il transforme en auberge de jeunesse internationale. Ses indemnités de député sont d'ailleurs rapidement consacrées à la rénovation du bâtiment et à la construction d'autres logements pour les plus démunis. En 1949, il fait la rencontre décisive de Georges Legay, un ancien bagnard au bout du rouleau, à qui l'Abbé dira «Si tu n’as plus rien à faire de ta vie, confie-la moi, je ne peux pas t’aider, mais toi, tu peux m’aider à aider.».
Ainsi naît la première communauté Emmaüs. 

Le mur de billets

"Mes amis, au secours... Une femme vient de mourir gelée, cette nuit à trois heures, sur le trottoir du boulevard Sébastopol, serrant sur elle le papier par lequel, avant-hier, on l'avait expulsée..." C'est par ces premiers mots que l'Abbé Pierre prononce le 1er février 1954 sur Radio Luxembourg son appel. L'hiver est particulièrement rigoureux, les abris sont submergés et des centaines de personnes dorment à la rue. Le soir même les dons de couvertures, de matériels et d'argent affluent rue de la Boëtie à l'hôtel Rochester où la propriétaire de l'établissement a mis des chambres à disposition de l'Abbé Pierre. Au total 400 millions de francs seront récoltés. L'acteur britannique Charlie Chaplin donnera personnellement deux millions de francs. Il avait lui-même connu la misère enfant dans les rues de Londres.

La solidarité est immense et quelques semaines plus tard, les actions d'Emmaüs sont même présentées dans un grand magasin à Paris. Une petite maison y est construite et les visiteurs sont invités à épingler aux murs un billet de 100 francs.

La cape de l'Abbé Pierre 

La fameuse cape portée par l'Abbé Pierre tout au long de sa vie lui avait été donnée par un pompier de Paris, le lieutenant-colonel Sarniguet, par ailleurs résistant pendant la guerre. C'est lui qui remplacera le drapeau nazi par le drapeau tricolore sur la tour Eiffel à la libération. Durant l'hiver 54, l'abbé rendait régulièrement visite à l'épouse malade du pompier. Un jour, alors que l'Abbé Pierre est légèrement vêtu malgré le froid, le pompier lui tend sa cape. Le religieux accepte à condition que cela ne soit qu'un prêt. Le vêtement deviendra un tel symbole qu'à sa mort, la cape sera disposée sur le cercueil de l'Abbé Pierre avant d'être restitué aux pompiers selon les dispositions testamentaires du fondateur d'Emmaüs. La cape est conservée au musée des sapeurs-pompiers de Paris. 

Ce jeudi 1ᵉʳ février, ICI 19/20 sera consacré à une spéciale "Hiver solidaire" à l'occasion des 70 ans de l'anniversaire de l'appel de l'Abbé Pierre.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité