Canicule: les pompiers de Paris saturés d'appels souvent intempestifs

Coup de gueule : les sapeurs-pompiers de Paris, très mobilisés ces derniers jours pour cause de canicule, en ont un peu "ras-le-bol" des appels inutiles et rappellent aux franciliens que saturer leurs standards pour des "bricoles" se fait au détriment de ceux qui sont vraiment dans la détresse.

© F3/Isabelle Audin
Ils sont sur le pont plus encore que d'habitude depuis le début de la semaine, pour faire face à toute urgence, toute détresse dans cette période de très fortes chaleurs. Comme toujours, les sapeurs-pompiers de Paris (qui interviennent sur Paris et toute la première couronne) setiennent prêts à intervenir pour répondre aux personnes en détresse, en difficulté. Ils savaient qu'ils seraient fortement sollicités.

Mais, ce dimanche matin 5 juillet, ils poussent un coup de gueule. Sans violence, ce n'est pas leur genre, sans élever le ton, la brigade des sapeurs pompiers de Paris rappellent par un court communiqué quel doit être la règle quand on appelle leur numéro:
 "En ces périodes de très fortes chaleurs les sapeurs-pompiers de Paris sont fortement sollicités pour porter secours aux personnes en détresse" précisent-ils
 Et ils expliquent "La brigade de sapeurs-pompiers de Paris rappelle que le 18 et le 112 sont des numéros d'appels d'urgence. Ces deux lignes téléphoniques ne doivent pas être saturées pour des motifs ne constituant pas une urgence. Dans la nuit du 03 au 04 juillet 2015, plus de 16 000 appels ne relevant d'aucune nécessité vitale ont provoqué la saturation du centre de traitement de l'alerte des sapeurs-pompiers de Paris, mettant ainsi en danger les requérants nécessitant l'intervention rapide des moyens de la Brigade."

Et pour bien "mettre les points sur les i", les pompiers martèlent "Urgences pompiers, ce n'est que pour l'urgence" ! Voilà donc qui est dit. En d'autres termes réfléchissez avant de faire le 18 ou le 112. Est-ce vraiment une urgence, faut-il vraiment faire déplacer les pompiers dans votre situation.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pompiers faits divers canicule météo santé société