Confinement : des contrôles de police et de gendarmerie entre pédagogie et "fermeté"

Les forces de l’ordre continuent à mener des contrôles à Paris et en Île-de-France, avec parfois une certaine tolérance ce weekend pour accompagner les nouvelles mesures de confinement.

Une patrouille de police, organisée samedi après-midi au centre de Paris.
Une patrouille de police, organisée samedi après-midi au centre de Paris. © France 3 PIDF

Les contrôles se poursuivent en Île-de-France, alors que les règles relatives aux attestations dérogatoires de déplacement ont été "simplifiées et allégées". Comme l’a indiqué samedi en début d’après-midi le gouvernement, alors que de certains pointaient un manque de lisibilité, un simple justificatif de domicile est nécessaire pour les déplacements dans un rayon de 10 km autour de chez soi. A noter toutefois qu’au-delà, l’attestation reste obligatoire.

A Paris, alors qu’il est possible de sortir pour s’aérer ou faire du port par exemple, les contrôles de police varient entre une certaine tolérance d’un côté pour "accompagner" les nouvelles mesures ce weekend, et "fermeté" de l’autre pour le respect des distanciations ou le port du masque.

Samedi après-midi, lors d’une patrouille menée par une dizaine de policiers en présence de la presse dans le centre de la capitale, certains habitants ont fait l’objet de rappels à la loi ; c’est par exemple le cas d’un jeune homme portant le masque sous son nez. Mais certains ont eu moins de chance, notamment une jeune femme verbalisée avec une amende de 135 euros pour non port du masque.

"A la limite quand on est dans des endroits fermés je comprends, explique la jeune femme à France 3 Paris IDF. Mais quand on est dehors, il n’y a pas tant de monde que ça. C’est la seule chose qui nous reste de pouvoir se balader comme ça. C’est pesant."

"On a des personnes qui par usage, par habitude, par lassitude aussi peut-être, sont moins vigilantes vis-à-vis du port du masque"

"On a des personnes qui par usage, par habitude, par lassitude aussi peut-être, sont moins vigilantes vis-à-vis du port du masque, estime de son côté Florence Adam, commissaire du 1er arrondissement. Des personnes qui, avec le beau temps et l’envie de sortir en groupe, ne respecteront pas les distances. On est là pour leur rappeler."

Pour rappel, le début du couvre-feu est désormais passé de 18h à 19h. Jusqu’à 6h du matin, une attestation dérogatoire au couvre-feu reste obligatoire pour se déplacer.

Samedi soir à Barbizon (Seine-et-Marne), les gendarmes étaient présents à la sortie de l’autoroute A6, et n’hésitaient pas à dresser des contraventions, pour défaut d’attestation, non-respect des 10 km ou encore non-respect du couvre-feu.

Des contrôles menés par la gendarmerie, samedi soir à Barbizon (Seine-et-Marne).
Des contrôles menés par la gendarmerie, samedi soir à Barbizon (Seine-et-Marne). © France 3 PIDF

"A partir de 19h, on applique des mesures strictes, affirme le capitaine Philippe Dalou, de la compagnie de gendarmerie de Fontainebleau. Avec fermeté, mais discernement malgré tout. Raisons professionnelles, raisons familiales, raisons de santé… Bien sûr que ces gens-là pourront continuer à circuler."

Les opérations de contrôles doivent continuer tout au long du confinement.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
police société sécurité confinement santé covid-19