Coronavirus : colère syndicale après la mort d’une salariée de Carrefour, et celle d’un intérimaire chez Fedex

Alors que Carrefour a confirmé le décès d'une salariée du groupe à Saint-Denis, et que la CGT Intérim a annoncé le décès d'un intérimaire en mission au hub Fedex de Roissy, les syndicats réclament davantage de protection pour les travailleurs qui font face à la propagation du Covid-19.

C’est la CGT qui a annoncé la mort de la salariée, qui travaillait à Saint-Denis (illustration).
C’est la CGT qui a annoncé la mort de la salariée, qui travaillait à Saint-Denis (illustration). © PASCAL GUYOT / AFP
Elle était âgée de 52 ans : une salariée travaillant au Carrefour de Saint-Denis, en Seine-Saint-Denis, est morte en raison du coronavirus. La direction du groupe a confirmé le décès, évoquant la "mise en place une cellule psychologique pour ses collègues" : "C'est un drame absolu, nos pensées vont à sa famille et ses proches". Chez la CGT, qui a annoncé la mort de de cette déléguée syndicale, la nouvelle soulève la colère. Le syndicat recense en effet "aujourd'hui (dans ses secteurs) plus de 550 cas supposés et 181 cas avérés, dont plusieurs graves" et réclame que les salariés soient équipés de masques.

Du côté de Roissy, la mort d’un intérimaire de Manpower en mission chez Fedex

Face au danger de l’épidémie, la CGT demande aussi à l’exécutif d'imposer à la grande distribution "de n'ouvrir que les rayons des produits de première nécessité". Elle demande également "de restreindre les amplitudes d'ouvertures et de fermer le dimanche". La CGT Intérim a de son côté annoncé le décès d'un intérimaire de Manpower en mission chez Fedex au hub de l’entreprise à Roissy (Val-d’Oise), mardi. Le syndicat réclame "l'arrêt de toutes les missions ne répondant pas aux besoins essentiels de la population", le droit de retrait et l'accès aux mesures d'activité partielle, "quelle que soit la durée de leur contrat de mission, tant que les conditions de travail présenteront des dangers graves de contamination".
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société économie alimentation aéroports de paris