Covid-19 : l’ARS lance une campagne de tests antigéniques pour les personnels d'Ehpad

Une nouvelle campagne de dépistage du coronavirus a été lancée lundi sur les personnels d'Ehpad en Île-de-France, à titre expérimental. L’opération repose sur des tests antigéniques, dont les résultats sont plus rapides que les tests PCR.

Pour tests PCR, qui détectent le matériel génétique du coronavirus, comme pour les tests antigéniques, qui repèrent des protéines du virus, le prélèvement se fait par les narines avec un écouvillon (illustration).
Pour tests PCR, qui détectent le matériel génétique du coronavirus, comme pour les tests antigéniques, qui repèrent des protéines du virus, le prélèvement se fait par les narines avec un écouvillon (illustration). © IP3 PRESS/MAXPPP
Alors que Paris et sa proche banlieue sont désormais en zone d'alerte maximale, avec de nouvelles mesures sanitaires en vigueur dès ce mardi 6 octobre, l’Agence régionale de santé (ARS) d’Île-de-France a annoncé le lancement d’une campagne de dépistage sur les personnels d'Ehpad de la région. "Nous lançons à partir d'aujourd'hui une série de tests antigéniques dans dix Ehpad de chaque département de la région pour vérifier l'efficacité de cette solution, ce qui fait 80 Ehpad en Ile-de-France qui vont tester ce protocole", a expliqué lundi Aurélien Rousseau, le directeur général de l'ARS, lors d’une conférence de presse à la préfecture de police. A noter que la campagne cible les personnels des Ehpad et non les résidents. L’opération est menée "dans le cadre de la phase d'expérimentation du déploiement des tests antigéniques par l'AP-HP", selon l’ARS.

Si le nombre total de tests prévus n'a pas été communiqué, l’établissement précise que "les protocoles ont été validés par l'ARS et l'opération autorisée par le ministère de la Santé".

Les tests antigéniques, une méthode avec des résultats plus rapides

Alors que les résultats associés aux tests PCR, qui détectent le matériel génétique du coronavirus, prennent parfois plusieurs jours et posent des problèmes de saturation, les tests antigéniques sont plus rapides. La méthode, qui permet de repérer des protéines du virus, ne nécessite pas d'analyse en laboratoire. Mais que ce soit pour les tests PCR ou les tests antigéniques, le prélèvement se fait dans les deux cas par les narines avec un écouvillon.

Le 25 septembre dernier, la Haute autorité de santé (HAS) a donné son feu vert aux tests antigéniques, ouvrant la voie à leur utilisation et leur remboursement mais exclusivement pour les patients qui présentent des symptômes. L'autorité doit désormais rendre un autre avis, portant cette fois-ci sur les personnes asymptomatiques.  Par ailleurs, l’ARS d’Île-de-France, qui avait annoncé 20 nouveaux centres de dépistage et de diagnostic ouverts 6 jours sur 7 jusqu’à la fin de l’hiver, poursuit les ouvertures avec cette semaine :Ces centres restent réservés dans un premier temps aux publics prioritaires. De prochaines ouvertures sont prévues à Lognes, Massy et Melun, à partir de ce vendredi.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé personnes âgées coronavirus/covid-19 société