Déconfinement : une attestation employeur demandée dans les transports aux heures de pointe

Alors qu’IDF Mobilités, la RATP et la SNCF ont signé une charte pour organiser les flux de voyageurs en vue du déconfinement, le gouvernement confirme que les usagers franciliens devront présenter une attestation professionnelle ou un motif impérieux aux heures de pointe, dès lundi prochain.

Des stickers installés dans le métro parisien, censés inciter à la distanciation sociale à l’approche du déconfinement (illustration).
Des stickers installés dans le métro parisien, censés inciter à la distanciation sociale à l’approche du déconfinement (illustration). © MAXPPP
Les Franciliens ne semblent pas prêts de dire totalement adieu aux attestations de déplacement. Dès lundi 11 mai prochain, date de la mise en place des mesures de déconfinement, les usagers des transports devront se munir d’un document justificatif aux heures de pointe pour emprunter le métro ou le RER par exemple. Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire, a en effet confirmé ce jeudi lors d’une conférence de presse que les voyageurs devront présenter une attestation professionnelle ou un motif impérieux (pour une question de santé, notamment).

L'absence d'attestation sera sanctionnée par une amende de 135 euros. "Une tolérance sera prévue pour les premiers jours", a ceci dit précisé la ministre.

Elisabeth Borne a également affirmé que "le télétravail, pour tout ceux qui le peuvent" devrait se poursuivre, et que les employeurs devraient étaler au mieux les horaires d’arrivées et de départs de leurs salariés. L’objectif est de limiter la fréquentation des transports à 15 % par rapport aux nombre de voyageurs en temps normal. La ministre a aussi indiqué que les opérateurs sont encouragés à prendre des dispositions spécifiques, comme limiter ou fermer certains accès, en cas de trop forte fréquentation. L’offre de la RATP devrait par ailleurs passer de 30 % actuellement à 75 %. Au cours de la conférence de presse, le premier ministre Edouard Philippe a indiqué dans la même logique que des "règles très stricts" seraient maintenues dans les transports en Île-de-France "au moins les trois premières semaines", afin d’éviter que le réseau "devienne un vecteur de transmission du virus". Des "mesures supplémentaires" pourraient aussi être prises "si les mesures de distanciation physique n’étaient pas respectées". Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a appelé la population francilienne à continuer à "limiter les déplacements au strict nécessaire".
 

► Retrouvez les deux nouvelles attestations permettant d'emprunter les transports en commun ici. Vous pourrez utiliser l'attestation de déplacement professionnelle et celle pour un motif dérogatoire.


Une charte signée par la Région, la RATP et la SNCF

Mercredi, la Région Île-de-France et IDF Mobilités ont signé une charte visant à lisser les heures de pointes dans les transports, avec l'Etat, les collectivités (la Ville de Paris et l’Amif), les employeurs (le Medef IDF, la CPME IDF, l’U2P IDF), les syndicats (CFDT et CFTC) et les opérateurs de transports (la RATP et SNCF Transilien). Cette charte intègre l’idée d’une attestation employeur pour les "salariés qui ne peuvent pas télétravailler et devant utiliser les transports en commun pour se rendre au travail", comme l’avait expliqué la Région sur Twitter. Toujours selon la Région, l’attestation "devra indiquer les heures d’arrivées et de départs" parmi une série de tranches horaires prévues, et devra être présentée "aux agents de contrôle, en gare". "Les entreprises devront répartir de manière homogène les salariés par heures d’arrivée et départ sur le lieu de travail", avait encore détaillé la collectivité. "Ça part d’un bon sentiment, mais on découvre ça quelques jours avant sa mise en œuvre supposée, a réagi Marc Pélissier, président de la Fédération des usagers des transports (Fnaut), auprès de France 3 Paris Île-de-France. Ça demande tout de même de l’organisation de la part des entreprises prendre en compte les contraintes professionnelles et personnelles de chacun. Je ne crois pas que ça pourrait être obligatoire dès lundi."

La charte prévoit par ailleurs des distributions de masques pour les voyageurs, mais aussi le maintien à 100% du télétravail la semaine du 11 au 17 mai, à 90% la semaine du 18 au 25 mai, et à 80% la semaine du 25 mai au 2 juin.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports en commun économie transports mobilité coronavirus santé société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter