Dupont-Aignan : Debout la France décidera "lundi midi" pour le second tour

Publié le Mis à jour le
Écrit par AN / AFP

Fusion ou non avec les listes Les Républicains ? Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France (DLF), a annoncé dimanche soir à l'AFP que la position de son parti pour le second tour des élections régionales serait adoptée "lundi midi".

Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France (DLF) et tête de liste pour les régionales en Ile-de-France, a annoncé dimanche soir à l'AFP que la position de son parti pour le second tour des élections régionales serait adoptée "lundi midi" au cours d'un bureau national.

Selon lui, le parti souverainiste Debout la France "est en mesure de fusionner en Alsace-Lorraine-Champagne-Ardennes, en Ile-de-France et en Bourgogne-Franche-Comté", où ses listes ont obtenu entre 5 et 10%. Au niveau national, Debout la France recueille 3,5%-3,7% ou 3,9%, selon les instituts de sondage.

En Ile-de-France, le parti recueillerait entre 6 et 6,4% des voix. La candidate de la droite Valérie Pécresse arriverait en tête avec 30,5 à 34,1% des voix devant le socialiste Claude Bartolone (25 à 25,7%) et le FN Wallerand de Saint-Just (de 16,6 à 19,3%). Interrogé sur une éventuelle fusion de sa liste avec celle de Valérie Pécresse (LR) en Ile-de-France, M. Dupont-Aignan a affirmé qu'il n'était "pas propriétaire des voix", rappelant que la décision serait prise "collectivement""Nous avons une différence par rapport aux autres, c'est que nous considérons nos électeurs comme intelligents. Nous pensons que les gens qui votent ont besoin de réfléchir par eux mêmes, et en général on n'aime pas trop faire pression sur eux", a-t-il assuré.

Sa réaction au micro de Virginie Delahautemaison et Nedim Loncarevic :
durée de la vidéo: 00 min 50
ITW Dupont-Aignan


Le porte-parole de la campagne de Valérie Pécresse, Geoffroy Didier a invité dimanche soir les abstentionnistes mais aussi les électeurs de Debout la France à se "rassembler" autour de sa candidate, "la seule qui peut incarner véritablement l'alternance""Je ne suis pas à vendre", a rétorqué M. Dupont-Aignan, disant défendre "une idée de l'Ile-de-France". "Si les autres changent de programme et abandonnent le Grand Paris, alors là on pourra peut-être commencer à discuter", a-t-il ajouté.

Pour ce scrutin régional, seules peuvent participer au second tour les listes ayant recueillies au moins 10% des suffrages exprimés au premier tour.
Les listes qui ont obtenu plus de 5% des voix au premier tour peuvent fusionner avec celles encore en course.
Suivez le premier tour des régionales en Île-de-France minute par minute !
► Résultats, réactions, analyses... Suivez le fil de ce premier tour des élections régionales en Île-de-France tout au long de la journée et de la soirée sur notre LIVE minute par minute !
► Retrouvez aussi notre dossier complet spécial Élections régionales