• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Essonne - Accident ferroviaire de Brétigny-sur-Orge : un employé de la SNCF mis en examen

Le train accidenté Paris-Limoges en gare de Brétigny sur Orge le 13 juillet 2013. 7 personnes ont perdu la vie dans l'accident. / © KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Le train accidenté Paris-Limoges en gare de Brétigny sur Orge le 13 juillet 2013. 7 personnes ont perdu la vie dans l'accident. / © KENZO TRIBOUILLARD / AFP

Un cadre de la SNCF a été mis en examen dans le cadre de l'affaire de la catastrophe ferroviaire de Brétigny-sur-Orge (Essonne) qui avait fait sept morts et des dizaines de blessés en 2013.

Par MT avec AFP

Les juges d'instruction chargés de l'enquête sur la catastrophe ferroviaire de Brétigny-sur-Orge (Essonne) qui a fait sept morts et des dizaines de blessés en 2013 ont mis en examen mercredi un employé de la SNCF pour homicides et blessures involontaires, a indiqué le parquet d'Evry ce jeudi 10 janvier 2019.

"Cette personne avait dans un premier temps été placée sous le statut de témoin assisté", précise le parquet, confirmant une information du Parisien. C'est la première fois qu'une personne physique est poursuivie dans ce dossier.
Le cadre en question est un dirigeant de proximité (DPX) selon le quotidien qui précise que "c’est lui qui a réalisé la dernière tournée d’inspection de la voie où s’est produite la catastrophe et dont il avait la responsabilité".
 

"Aucun élément nouveau"

"Il n'y a eu aucun élément nouveau, tangible, qui permettent de l'incriminer", s'est insurgé son avocat, Philippe Valent, rappelant que la dernière audition de son client remontait à janvier 2015.

Comme lors de sa précédente audition, son client a affirmé mercredi devant les juges d'instruction que s'il avait relevé lors de sa tournée de surveillance des voies "la moindre anomalie, le moindre désordre, cela aurait été noté sur la fiche d'inspection".
 

Aucun cadre de haut niveau mis en examen

La CGT-Cheminots "regrette que la justice recherche un responsable (...) en bas de la chaîne de direction", alors que "les véritables responsables du drame" sont ceux chargés "au plus haut niveau" de l'organisation du "système de production", a déclaré à l'AFP son secrétaire général, Laurent Brun.

"La justice va chercher le lampiste", a également dénoncé SUD-Rail dans un communiqué.
 

Un rapport mettait en cause la SNCF

Un rapport datant de février 2016 pointait la responsabilité de la SNCF. D'après les experts, l'aiguillage défaillant qui a causé l'accident était non-conforme et en très mauvais état. Malgré cela, il "n'a pas fait l'objet des mesures de surveillance et de remise en état adaptées". Ils en concluent que cette absence de prise en compte est "la cause primaire du déraillement du train".
Déraillement qui aurait donc pu et dû être évité si l'on suit leur raisonnement, et dont la responsabilité est imputable à l'entreprise.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Emmanuel Macron inaugure la Maison du Handball à Créteil

Les + Lus