Etampes : la Région annonce le dépôt d’une plainte après une bagarre sur l’île de loisirs

Suite à des échauffourées vendredi sur la base de loisirs d’Etampes, en Essonne, la Région a annoncé le dépôt d’une plainte. Le vice-président Patrick Karam détaille plusieurs mesures, en demandant à l’Etat d’"assumer ses responsabilités".
Les forces de l'ordre ont dispersé la foule, suite à l'intervention de la sécurité (illustration).
Les forces de l'ordre ont dispersé la foule, suite à l'intervention de la sécurité (illustration). © PHOTOPQR/NICE MATIN
Les faits remontent à vendredi, alors que la température approchait les 40 degrés à Etampes (Essonne). En fin d’après-midi, une bagarre éclate, opposant deux groupes composés de plusieurs dizaines de personnes, avant l’intervention de la sécurité puis la dispersion de la foule par les forces de l’ordre. Une scène confuse, comme on peut l’apercevoir sur une vidéo relayée en ligne. Les tensions seraient parties d’un vol de portable, relate Le Parisien.

Patrick Karam (Libres), vice-président du Conseil régional, chargé des Sports, des Loisirs d’Etampes, de la Jeunesse, de la Citoyenneté et de la Vie associative, confirme auprès de France 3 Île-de-France le dépôt d’une plainte de la part de la Région, mais aussi de l’île de loisirs et de l’UCPA. L’élu, qui s’est rendu sur les lieux des faits ce dimanche, déplore "une première" à Etampes : "Cette île de loisirs n’est pas habituée à des déchainements de violence d’une telle ampleur. Il arrive des incivilités, des agressions, des échauffourées, mais ça reste mesuré. D’année en année, on s’aperçoit qu’il y a de plus en plus de tensions globalement, avec par exemple des incidents graves à Torcy. Aucun problème ne doit être pris à la légère."

Une "expérimentation" avec des "fichiers d’interdictions" ?

Du côté de la collectivité, Patrick Karam assure que "la Région met le paquet, avec plus de 7 millions d’euros d’investissements pour la sécurité". "Mais plus on met de moyens, plus l’Etat se désengage, alors que les douze îles de loisirs franciliennes accueillent plus de 4 millions de personnes par an", souligne-t-il.

Suite à une première réunion de crise avec les différents acteurs, le vice-président annonce plusieures mesures, avec la connection des caméras de vidéosurveillance du site au centre de surveillance de la Ville, lui-même lié à la police, "pour une intervention en temps réel". La mise en place d’une brigade équestre avec des policiers ou des gendarmes en patrouille sur place lors des afflux a aussi été proposée, avec par ailleurs l’achat de drones dotés de haut-parleurs associé à une formation des personnels.
Plus d’effectifs de médiateurs, de maîtres-nageurs, d’agents de sécurité, ou encore de maîtres-chiens lors des fortes chaleurs… Patrick Karam souhaite aussi une "expérimentation" à Etampes, avec "un dispositif pour interdire l’entrée aux fauteurs de troubles sur les îles de loisirs", avec "la mise en place de fichiers d’interdictions, comme dans le stades" visant "tous ceux qui ont déjà commis des violences". Selon lui, le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, doit "assumer ses responsabilités". Le vice-président du Conseil régional réclame aussi un statut particulier similaire aux zones balnéaires pour les îles de loisirs, avec des membres de forces de l’ordre "en demeure". De nouvelles réunions de travail sont prévues entre les différents acteurs, lundi et mercredi.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers violence police société sécurité politique