Le pont aux Boules d'or, un chef-d’œuvre de Jean-Michel Othoniel au domaine de Méréville

Classé Monument historique et labellisé Jardin remarquable en 2019, le domaine de Méréville semble renaître de ses cendres. En pleine restauration, il inaugure ce samedi l’une de ses « fabriques » et pas n’importe laquelle, le pont aux Boules d’or… Revisité par le sculpteur Jean-Michel Othoniel, ce nouveau pont s’affiche désormais comme une véritable œuvre d’art.

C’est le principe de ce jardin anglo-chinois, on se promène à travers les arbres, on se fond dans les grandes herbes folles, on flâne le long de la Juine, petite rivière enchanteresse… Puis au fil de la promenade, on aperçoit les folies du domaine.

Appelées aussi fabriques, ces petites constructions romantiques parfois extravagantes, nous donnent le sentiment de voyager tout en étant au même endroit. À Méréville, on découvre une cascade, de petits îlots et autres enrochements artificiels, mais aussi des ponts; et plus particulièrement le pont aux Boules d’or, une passerelle au destin multiple.

durée de la vidéo : 00h01mn41s
OTHONIEL LE PONT AUX BOULES D'OR DE MEREVILLE ©Isabelle Dupont Raphaelle Duroselle France 3 Paris Île-de-France

Réalisée en 1784 dans le goût chinois, elle doit son nom aux boules dorées qui ornaient jadis les piliers à ses extrémités. L’ouvrage, situé au cœur du parc, entre le château et les miroirs d’eau, a été déplacé plusieurs fois, puis remplacé au XIXe siècle par une passerelle en fonte. Peinte à l’époque par l’artiste Hubert Robert, celle-ci fait l’objet d’une restauration et sera déplacée dans le potager. À sa place trône désormais l’œuvre monumentale de Jean Michel Othoniel, dont les sculptures et les installations en perles et en brique de verre sont connues dans le monde entier. « J’ai voulu être au plus près de cette peinture d’Hubert Robert qui représente ce pont aux boules d’or. J’ai voulu que de loin on ait l’impression de voir la peinture », explique l'artiste.

En 2021 Jean-Michel Othoniel sublimait le Petit Palais avec son « Théorème de Narcisse ». Parmi ses œuvres les plus renommées figure notamment l'entrée de la station du métro Palais-Royal – Musée du Louvre, à Paris.

Une œuvre originelle de l’architecte paysagiste Bélanger

Pour réaliser cette œuvre contemporaine unique, il s’est inspiré de l’œuvre originelle de l’architecte paysagiste Bélanger, célèbre pour avoir réalisé les jardins de Bagatelle. Ce nouveau pont est fait de métal et de bois et agrémentée de 3000 perles miroirs en inox et de boules d’or de 20kg. Jean-Michel Othoniel, et son style unique, offre désormais au visiteur un passage hors du temps, « le pont c’est aussi cette idée de raccorder 2 rives et de faire que l’on se rencontre. C’est quand même un jardin qui fait appel à une vision romantique du monde, il a peut-être aussi vocation à faire oublier le monde extérieur », explique Jean-Michel Othoniel.

Réenchanter ce pont d’antan de manière poétique avec cette douceur et cette profondeur qui le caractérise, pari gagné pour l’artiste ! « On est pris dans un berceau de perles miroirs qui vous reflètent à l’infini et surtout qui reflètent tout le paysage », raconte-t-il ajoutant « il faut imaginer qu’en fonction des saisons le pont prendra des couleurs différentes. C’est vraiment une sculpture destinée à vivre avec son environnement ».

Le domaine Méréville, une invitation au voyage

Considéré comme l’un des derniers jardins pittoresques de la fin XVIIIème, le domaine de Méréville est une invitation au voyage. Il a ouvert de nouveau ses portes au public il y a 5 ans et grâce au département de l’Essonne, il se refait peu à peu une jeunesse. « L’objectif est de partager ce joyau historique et culturel avec le plus grand nombre. Ici on a quand même des scènes qui ont été créées par Hubert Robert le peintre des ruines. Il est dans les musées du monde entier, tout comme Méréville », explique Fanny Malvezin directrice mécénat conseil départemental de l’Essonne.

Premier chantier, la restauration des ponts afin de permettre au public de circuler dans le parc sachant que le domaine est construit autour de l’eau. « C’est vraiment le marqueur et l’identité du jardin », affirme Fanny Malvezin. Les lacs sont également en cours de travaux, une grosse étape afin de redonner au domaine son identité. Viendra ensuite la rénovation du château, « qui est la plus importante fabrique du domaine, la plus majestueuse mais qui est en souffrance, presque en péril ». L’idée est de la sauver en refaisant d’abord le clos couvert, démarrage du chantier fin d’année 2023 début 2024.  

 

 

 

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Paris Ile-de-France
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité