Viols de la forêt de Sénart : l’accusé condamné à 20 ans de prison

La Cour d’Assises de l’Essonne a condamné à 20 années de prison Aïssa Zerouati pour 32 faits de viol, tentatives de viol et agressions sexuelles aggravées en forêt de Sénart entre 1995 et 2000. Il a été acquitté pour deux faits.
Aïssa Zerouati a été condamné à vingt ans de réclusion criminelle jeudi soir.
Aïssa Zerouati a été condamné à vingt ans de réclusion criminelle jeudi soir. © Benoit PEYRUCQ / AFP
La peine maximale, 20 ans de prison pour Aïssa Zerouati. La Cour d’Assises de l’Essonne a reconnu coupable ce père de famille de 45 ans d’avoir violé et agressé sexuellement près de trente jeunes femmes dans la forêt de Sénart entre 1995 et 2000. 
23 ans après avoir été violée, Julie quitte la salle d’audience émue. « On va pouvoir tourner une page, faire un deuil, je suis contente déjà qu’il soit condamné », confie t-elle. Coiffé d'un casque intégral de moto à visière fumée qu'il n'ôtait jamais durant les agressions, celui que la presse avait surnommé "le violeur de la forêt de Sénart" avait semé l’effroi durant cinq ans, attaquant violemment joggeuses et promeneuses. Simulant une panne de son deux-roues, il se jetait sur elles et leur portait des coups de poing pour les maîtriser. Puis il exigeait une fellation ou une masturbation dans la plupart des cas ou leur faisait subir des pénétrations vaginales.

Des traces ADN retrouvées sur plus de la moitié des victimes

Après vingt ans d’enquête, l'ancien chauffeur de bus avait été confondu par son ADN. Du sang et du sperme ayant été retrouvés sur de nombreuses victimes. "Il était pris en flagrant délit de mensonge, et sur sa mauvaise foi, cette attitude dédaigneuse du travail des experts, magistrats des policiers, ce n’est pas simplement une condamnation sur l‘ADN", s’est félicité Me François Riquet, avocat de partie civile.

"Je suis innocent", a déclaré l’accusé au moment du verdict

Des preuves scientifiques que l'accusé a réfutées tout au long du procès. Jusqu’au verdict, Aïssa Zerouati a clamé son innocence. "Je comprends la douleur des victimes mais je ne suis pas la personne qui a commis ces atrocités", a-t-il plaidé. " Il dit qu’il doit y avoir eu une erreur quelque part. Les expertises ADN, il faut y réfléchir, il faut essayer de les comprendre. Des pistes ont peut-être été inexplorées parce que l’enquête a été extrêmement à charge dès le moment où on a interpellé M. Zerouati.", a déclaré son avocate Chloé Fonteix. Aïssa Zerouati a été acquitté pour deux agressions sexuelles. Ses avocats ont annoncé qu’ils feraient appel de la condamnation.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société