Appel à témoins : un ex-membre du mouvement religieux Focolari visé par des accusations d'agressions sexuelles

La préfecture des Hauts-de-Seine lance un appel à témoins dans l'affaire des agressions sexuelles commises par un ex-membre du mouvement religieux Focolari. Il s'agit notamment de rechercher des "victimes non encore identifiées".

"Toute personne susceptible d'apporter des éléments intéressant l'enquête, ou souhaitant signaler des faits dont elle aurait été victime." La préfecture des Hauts-de-Seine lance ce mardi un appel à témoins après les accusations d'agressions sexuelles commises sur des mineurs et des majeurs par un ecclésiastique, ex-membre du mouvement religieux Focolari. L'homme d'Église incriminé, Jean-Michel Merlin, est accusé d'avoir commis ces agressions "au fil des années de ce mouvement religieux" catholique fondé en 1943. 

Le mouvement Focolari revendique près de 2000 membres en France. Les focolares sont "'regroupés dans de petites communautés de femmes ou d’hommes", en lien avec des églises locales, détaille sur son site le mouvement religieux. Ces communautés de focolari oeuvrent dans des villes comme Paris et banlieue, Strasbourg, Lyon, Saint-Pierre-de-Chartreuse, Marseille, Toulouse, Nantes.

Les personnes qui souhaiteraient témoigner peuvent contacter la Brigade Territoriale de Protection de la Famille de la Sûreté Territoriale des Hauts-de-Seine. Cette brigade saisie par le tribunal judiciaire de Nanterre, est chargée de la poursuite de l'enquête "et notamment de la recherche de témoins et victimes non encore identifiées".




L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité