Hauts-de-Seine : interdiction des livraisons et ventes à emporter entre 22h et 6h

Pour lutter contre la propagation de la Covid-19, la préfecture des Hauts-de-Seine a pris un arrêté interdisant la livraison de nourriture et de boissons entre 22 heures et 6h du matin dans tout le département à compter de ce mardi 12.

Interdiction pour les bars et les restaurants des Hauts-de-Seine d'assurer des livraisons après 22 heures.
Interdiction pour les bars et les restaurants des Hauts-de-Seine d'assurer des livraisons après 22 heures. © JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

Cet arrêté doit contraindre les restaurants et débits de boisson à effectuer les dernières livraisons ou ventes à emporter avant 22h. La préfecture justifie cette décision afin de limiter les interactions sociales et éviter la propagation de la Covid-19.

Dans son communiqué la préfecture précise que "les activités de livraison par les établissements exerçant des activités de restauration et de débit de boisson, en soirée et la nuit, favorisent des déplacements sur la voie publique et des regroupement de livreurs dans, et aux abords de ses établissements, contrevenant ainsi au couvre-feu."

Début novembre alors que le second confinement avait été annoncé, la préfecture de Police de Paris avait pris la même décision. Celle d'interdire la livraison et la vente à emporter par les restaurants et bars de la capitale, ainsi que la vente et la consommation d'alcool sur la voie publique après 22 heures.

Dans son arrêté la préfecture de Police de Paris (PP) avait justifié sa décision pour les mêmes raisons que celles aujourd'hui évoquées par les Hauts-de-Seine. Les "services de police ont constaté, particulièrement en soirée et pendant la nuit, des déplacements et des regroupements de personnes (livreurs, clients...)" aux abords des restaurants et des bars [de la capitale, NDLR] qui effectuent des livraisons tardives écrivait la PP dans son communiqué de novembre 2020. A Paris, cet arrêté n'est plus en vigueur actuellement précise ce mardi la préfecture.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
police société sécurité coronavirus/covid-19 santé entreprises économie