JO de Paris 2024 : Nanterre ville-étape de la flamme olympique, qu'en pensent les habitants ?

Plus sur le thème :

Nanterre dans les Hauts-de-Seine va avoir son heure de gloire en devenant ville-étape de la flamme olympique. Une venue qui réjouit les habitants, quand elle n'interroge pas. Témoignages.

C'est officiel ! Nanterre, la préfecture des Hauts-de-Seine, fait partie des 65 villes-étapes pour accueillir la flamme olympique lors de son relais francilien qui se déroulera du 19 au 26 juillet. Un passage très attendu pour cette collectivité-hôte des Jeux de Paris qui accueillera les épreuves de natation, de para-natation et de waterpolo à La Défense Aréna.

Pour le maire de la ville, Patrick Jarry, l'arrivée de la flamme revêt une forte symbolique : "Accueillir la flamme des Jeux Olympiques, c’est reconnaître le dynamisme de Nanterre et la place qu’elle occupe au sein de la métropole. À Nanterre, les Jeux de 2024 devront être des Jeux pour toutes et tous, et le passage de la flamme la première étape de cette belle fête populaire."

Avec la flamme, l'espoir de briller

Une flamme olympique fédératrice, c'est en tout cas ce qu'espère Sofiane, qui travaille au service sport de la Ville : "Il y a beaucoup de mixité à Nanterre, je pense que cette flamme va permettre de rassembler et de donner un peu de joie".

Pour ce "fan" de Nanterre, la venue de la mythique torche s'inscrit naturellement dans l'ADN de la ville : "Nanterre est une ville de sport ! Elle est l'une des plus ouvertes au sport avec des sections sportives proposées dès l'âge de 4 ans et un large panel d'activités avec du foot, du tennis, du handball, de la natation."

Des doutes soulevés

Si la grande majorité des Nanterriens et Nanterriennes interrogée estime que le passage de la flamme olympique est une bonne chose pour le rayonnement de la ville, d'autres sont plus sceptiques. C'est le cas de Théo, 24 ans : "Ça peut être cool pour les enfants et les sportifs, mais quand je vois les ravages de l'organisation des Jeux Olympiques en France et à Paris, notamment sur les étudiants, je suis moins emballé."

Des étudiants boursiers vivant à Paris et en Île-de-France vont en effet devoir quitter leur logement le temps des JO. Concernée, une étudiante de la résidence CROUS de Montreuil s'était d'ailleurs confiée à France 3 PIDF en mai dernier, expliquant qu'elle allait se retrouver "dans une situation très difficile", car obligée de "déménager, de faire de nouvelles visites et laisser mon appartement pour les besoins d'une compétition qui ne sert aucunement aux étudiants".  

Le prix du passage de la flamme questionne également. Car pour l'accueillir à Nanterre, le département des Hauts-de-Seine a dû débourser 180 000 euros, une somme réclamée par le Comité d'organisation des Jeux olympiques et paralympiques (Cojo) .

Un coût important qui surprend. "Nanterre est une ville sympa, mais même si c'est pour le divertissement des gens, ils pourraient mettre en place d'autres choses avec cet argent", explique Kelly. Certains départements avaient d'ailleurs refusé d'accueillir la flamme olympique pour cette raison, comme le révèle un article de Franceinfo.

Versailles, Evry-Courcouronnes, Soisy-sous-Montmorency, La Courneuve, Meaux et Créteil font également partie des villes-étapes, avant que la flamme olympique ne termine sa course à Paris.

durée de la vidéo : 00h00mn30s
Parcours de la flamme en Île-de-France. ©FranceTV

 

L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité