Juste après la rentrée, des parents d’élèves face à des fermetures de classes : "L’humain n’est pas pris en compte"

Quelques jours après la rentrée, les parents d’élèves d’écoles maternelles et primaires situées à Montreuil (Seine-Saint-Denis), ou encore à Lésigny (Seine-et-Marne), ont appris la fermeture de plusieurs classes. Une réorganisation qui suscite l’incompréhension.

Des parents d'élèves réunis à l'école Louise Michel, à Montreuil, ce lundi matin.
Des parents d'élèves réunis à l'école Louise Michel, à Montreuil, ce lundi matin. © I. Audin / France 3 PIDF
Incompréhension et inquiétude à Montreuil : l’annonce de la fermeture de plusieurs classes a surpris de nombreux parents d’élèves, quelques jours à peine après la rentrée. Quatre écoles de cette ville de Seine-Saint-Denis sont concernées, avec au total trois classes maternelles et une classe élémentaire.

Rassemblés ce lundi matin devant l’école Louise Michel, les parents ont protesté contre la décision, craignant une dégradation des conditions d’accueil mais aussi d’enseignement. "On dénonce une forme d’improvisation, avec une annonce faite vendredi matin pour l’école Louise Michel, et effective le lundi, raconte Marc Chonier, parent d’une enfant en moyenne section. Les enfants viennent de connaître une longue période de crise sanitaire et sont dans une situation de fragilité, ça chamboule tout." Le parent d’élève souligne ainsi la plus grande difficulté à organiser un suivi individuel ou en petit groupe selon les niveaux, avec une telle décision.
A Montreuil, quatre écoles sont concernées par des fermetures de classes.
A Montreuil, quatre écoles sont concernées par des fermetures de classes. © I. Audin / France 3 PIDF
D’où, également, une crainte face à la question du doublement des classes et de l’augmentation des effectifs : "Il y a 125 élèves dans l’école, et on était entre 20 et 21 élèves par classe, en moyenne. Avec la classe de moyenne section qui vient d’être supprimée, il y a 22 élèves à répartir. Ils suppriment une case dans un tableau Excel, l’humain n’est pas pris en compte. Il s’agit toujours de déshabiller Pierre pour habiller Paul, ils enlèvent des enseignants à un endroit pour les remettre ailleurs, sans augmenter les moyens en embauchant. Les enfants vont se retrouver dispatchés. Et dans le contexte actuel, il suffit qu’un prof tombe malade pour que tout s’écroule."

"C’est vrai qu’on a connu l’année dernière des grèves, et ça s’est poursuivi avec le confinement, ajoute Agathe Folliot, elle aussi parent d’élève. A un moment donné, ça devient un peu compliqué."

La mobilisation est soutenue par la municipalité. "Cette décision est purement mathématique, alors que nous avons en face de nous des familles qui sont inquiètes du contexte de cette rentrée, avance Gaylord Le Chequer (PCF), premier adjoint au maire de Montreuil. Ce signal envoyé par l’Education nationale n’est pas conforme avec ce qui a été dit par le ministre, donc nous réclamons l’annulation de cette décision."

Trois fermetures de classes en quelques mois, à Lésigny, en Seine-et-Marne

Même colère à Lésigny, en Seine-et-Marne. Les parents d’élèves de l’école élémentaire du Parc ont aussi appris vendredi la fermeture d’une classe, une semaine à peine après la rentrée. Les parents se sont donc rassemblés ce matin au sein de l’établissement, pour interpeller l’académie de Créteil et mettre en garde contre le brassage entre les classes.

"Les élèves vont forcément se mélanger, dénonce une parent d’élèves. Ça met en danger les enfants, qui arrivent dans un contexte compliqué, et les instituteurs. Avec 160 élèves inscrits dans l’école, on passe à une moyenne de 27 élèves par classe. Et on sait très bien que si les fermetures de classes arrivent facilement, les réouvertures, elles, impliquent souvent un bras de fer. En quatre ans, il y a eu trois fermetures."
Mobilisation à l'école du Parc de Lésigny, ce lundi matin.
Mobilisation à l'école du Parc de Lésigny, ce lundi matin. © Mairie de Lésigny
Le maire de Lésigny, Michel Papin (sans étiquette), était présent ce matin pour soutenir la mobilisation. "On a connu trois fermetures de classes au total, dans les trois groupes scolaires de la ville : une avant l’été à l’école maternelle Villefermoy, et deux classes en toute surprise lors de cette rentrée, à l’école du Parc et à l’école Villarceau, détaille l'élu. C’est la première fois que je vois trois fermetures d’affilée, en tant que maire. Cette année, on n’a perdu "que" 30 élèves mais les effets de seuils – le seul critère retenu – font qu’on reçoit la peine maximale." L’édile déplore aussi un manque de dialogue : "L’inspectrice n’a pas voulu se déplacer ce matin sur le terrain pour rencontrer les parents, à l’école. On s’est déplacés à l’inspection académique par la suite, et on a obtenu une rencontre pour demander une révision de la décision."
Les écoles de Lésigny ont fait face à trois fermetures de classes cette année, selon le maire.
Les écoles de Lésigny ont fait face à trois fermetures de classes cette année, selon le maire. © Mairie de Lésigny
Une pétition a par ailleurs été mise en ligne, réunissant plus de 500 signatures ce lundi.

Pour ce qui est des écoles de Montreuil, les parents d’élèves ont brièvement occupé le bureau du directeur de l'établissement Louise Michel ce matin, avant de l’évacuer. La direction académique n’a pour l’instant pas souhaité s’exprimer.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société manifestation économie social