• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Orages : les passagers d'un TGV Paris-Grenoble passent la nuit dans le train

© France 3 : Eric Debief
© France 3 : Eric Debief

Dans la nuit de lundi, le TGV Paris-Grenoble a été contraint de s'arrêter à Lyon-Saint-Exupéry pour la nuit. La circulation a été stoppée en raison d'arbres tombés sur la voie. Les voyageurs ont passé la nuit sur leurs sièges ou à même le sol.

Par France 3 IDF / EB

Les chutes d'arbres provoquées par les orages en Auvergne-Rhône-Alpes ont contraint lundi soir la SNCF à stopper un TGV Paris-Grenoble à Lyon-Saint-Exupéry, où les voyageurs ont du attendre le matin pour repartir, a annoncé la compagnie ferroviaire, précisant que la rame comptait 182 passagers.
 

"J'ai passé la nuit sur la moquette" raconte Charles B. Le voyage avait mal commencé avec un retard de trente minutes au départ de la gare de Lyon à Paris, explique ce voyageur qui rejoignait Grenoble pour le travail. "C'est en arrivant à Lyon Saint-Exupéry, que la SNCF  nous a annoncé que des orages et surtout la présence d'arbres sur la voie, nous empêchait de poursuivre notre voyage".

Le train parti de la Gare de Lyon à 19h41 devait arriver à 22h41 à Grenoble


Aux alentours de minuit, la décision a été prise par la SNCF de laisser le train à l'arrêt en gare de Lyon Saint-Exupéry. « Le personnel SNCF, a distribué de quoi manger, des couvertures et une trousse de toilette » précise notre témoin. Ce matin, à 7 heures, après une nuit passée sur les banquettes ou même directement sur la moquette (plus confortable, selon le témoignage de Charles B.), le train a pu reprendre sa route vers Grenoble.

Les intempéries de lundi soir, émaillées de vents violents et de chutes de grêle, ont causé de nombreux dégâts dans la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Au total, neuf TER ont également été bloqués, mais les interventions de la SNCF ont permis aux passagers de repartir à bord de leur train ou en autocar, a précisé le responsable de la SNCF.

Sur le même sujet

Menaces et insultes contre des députés LREM cet hiver

Les + Lus