149 bus électriques retirés de la circulation à Paris suite à un nouvel incendie d'un véhicule électrique

Un bus électrique a pris feu ce vendredi matin à Paris. C'est le deuxième incendie touchant un véhicule de ce type. La RATP annonce retirer temporairement de la circulation 149 bus électriques par mesure de précaution.

Ce vendredi matin, peu après 8 heures, un bus électrique de la ligne 71 de la RATP a pris feu sans faire de victime. L'incendie s'est déclaré à proximité de l'arrêt Bibliothèque François-Mitterrand, dans le XIIIe arrondissement. "Le conducteur du bus a évacué immédiatement les voyageurs. Il n'y a aucun blessé", selon la RATP, précisant que "le machiniste a été pris en charge par son encadrement".

L'incendie a dégagé une épaisse fumée noire et une forte odeur de plastique brûlé.


Une trentaine de pompiers et une quinzaine d'engins ont été dépêchés pour éteindre l'incendie, selon les pompiers de Paris.

149 bus retirés provisoirement de la circulation

Le 4 avril dernier, un incendie s'était également déclaré pour une raison indéterminée à bord d'un bus électrique alors qu'il circulait boulevard Saint-Germain, dans le Ve arrondissement. Personne n'avait été blessé mais le véhicule avait été détruit.

"S'agissant du 2ème incendie sur un bus électrique récent d'une même série Bluebus 5SE de la marque Bolloré en moins d'un mois, la RATP a pris la décision par mesure de précaution, en liaison avec Île-de-France Mobilités, de retirer temporairement de l'exploitation les 149 bus électriques de cette série", précise-t-elle dans un communiqué.

Lors d'un point presse, Nicolas Quartier, directeur des bus à la RATP a déclaré qu'une expertise avait été demandée à la société BlueBus ainsi qu'un plan d’action. "Tant que nous n’aurons pas ce plan d’action et la garantie de pouvoir exploiter en sécurité, tous ces bus vont rester à l’arrêt" a-t-il assuré.

On est bien sûr favorable à la transition énergétique mais cela ne doit pas se faire sur le dos des salariés et de la sécurité.

Cémil Kaygisiz, délgué CGT-RATP

France 3 Paris Île-de-France

Cémil Kaygisiz, délégué CGT-RATP salue cette mesure préventive. Néanmoins il s'inquiète de la politique de réduction des coûts et de la diminution du personnel : "On dénonce la situation de la maintenance où la RATP a divisé par deux le nombre de mécano en capacité de réparer en temps et en heure les bus." 

La Régie rappelle qu'elle exploite des bus électriques depuis 2016 sans incident majeur. L’entreprise est à la tête d'une flotte de 4700 bus dont 500 électriques fournis par trois constructeurs différents.

Serge Amabilé, pour la société BlueBus a voulu  "remettre les choses en perspective" Il a ainsi rappelé que "le premier Bluebus a été livré en décembre 2015, cela fait plusieurs centaines de kilomètres. Depuis plus de six années les Bluebus parcourent les rues de Paris et il n’y jamais eu, à part ces trois dernières semaines, d’incendies à déplorer."

Une enquête en cours

L'enquête devra déterminer les causes du sinistre. "La RATP a demandé une expertise complète au constructeur Bolloré afin de donner les explications sur les causes de ces incidents et proposer un plan d’action pour permettre une remise en exploitation de ces bus en toute sécurité", affirme la RATP dans un communiqué.

Île-de-France Mobilités a demandé à la régie de transports de faire "toute la lumière" sur ces incendies "et de prendre toutes les mesures de précaution nécessaires", a indiqué l'autorité régionale à l'AFP.

Qualifiant l'incident de "préoccupant", l'Association des Usagers des Transports/FNAUT Île-de-France a elle aussi réclamé dans un tweet des "actions correctrices rapides de la part du constructeur".

Interviewé par un journaliste de la rédaction de France 3 Paris Île-de-France, le président de l'AUT/FNAUT, Marc Pélissier, qualifie ces incidents de "gravissimes". "On a déjà vu des bus diesel brûler pour des raisons techniques, l’étonnement c’est qu’il y a beaucoup d’argent mis dans ces bus électriques. C’est presque 500.000 euros le bus, c’est bien pour la transition écologique mais cela va de pair avec des bus fiables et sans danger."

Il y a un vrai problème sur ce bus électriques qui sont pourtant quasiment neufs

Marc Pélissier, président de l'AUT / FNAUT Île-de-France

Le retrait temporaire de ces véhicules pourrait entraîner des perturbations sur quelques lignes dans la journée, a précisé la RATP. Selon Marc Pélissier "Une dizaine de lignes risquent d’être perturbées par manque de matériel donc il faut rapidement identifier les causes et pouvoir les remettre en service". La régie assure que des bus vont être redispatchés entre les différents centres.