39 membres de la mouvance d'ultra-droite interpellés et placés en garde à vue à Paris

Un total de 39 membres d'ultra-droite, dont une vingtaine de fichés S, ont été interpellés et placés en garde à vue samedi à Paris, dans un contexte de menace accrue de cette mouvance. Ces personnes étaient entendues pour "participation à un groupement en vue de commettre des dégradations".

Les 39 membres d'ultradroite ont été interpellées par des policiers de la Brav-M vers 16 h 00 à la sortie du cimetière de Charonne, dans le 20e arrondissement de la capitale, où elles venaient de rendre hommage à l'écrivain d'extrême droite Robert Brasillach, condamné à mort et fusillé à la Libération pour des faits de collaboration, ont précisé ces sources.

Parmi eux figurent des personnalités connues de la mouvance d'ultradroite, dont l'ancien chef du groupuscule dissout les "Zouaves", Marc de Cacqueray-Valmenier, ou Gabriel Loustau, une figure du Gud. Au moins deux d'entre eux étaient munis de béquilles, pouvant être considérées comme des armes par destination, a précisé la source proche du dossier. Certains avaient pour interdiction de se rendre à Paris, a encore dit la même source.

Avant d'être interpellés, ces militants avaient aussi été vus à proximité d'une manifestation syndicale contre l'extrême droite qui se déroulait dans la capitale, place de la République, a-t-elle encore indiqué. Marc de Caqueray-Valmenier, 24 ans, a déjà été condamné et incarcéré ces dernières années. Il est actuellement mis en examen et placé sous contrôle judiciaire dans l'affaire de l'agression de militants de SOS Racisme lors d'un meeting d'Eric Zemmour, président du mouvement d'extrême droite Reconquête, en décembre 2021.

"Résurgence" des actions violentes 

Sur son compte Instagram, il s'est vanté d'être allé combattre à l'automne 2020 au Nagorny-Karabakh aux côtés des Arméniens chrétiens contre les Azerbaïdjanais musulmans. En novembre 2023, 13 personnes, dont sept fichées S d'ultradroite, avaient déjà été interpellées à Paris pour des tags de croix gammées au sol dans le 18e arrondissement de la capitale. Deux d'entre elles avaient été mises en examen pour apologie publique de crime ou délit, six autres pour refus de remettre aux autorités judiciaires le code de leur téléphone portable.

Plusieurs groupuscules d'ultradroite ont été dissous ces derniers mois par le gouvernement. Dernier en date, l'association d'ultradroite lilloise La Citadelle, qui s'était vue interdire l'organisation d'une soirée intitulée "Qu'ils retournent en Afrique" en février 2023, a été dissoute mercredi en Conseil des ministres. En décembre, un autre groupuscule, la Division Martel, avait été dissous après une manifestation aux allures d'expédition punitive à Romans-sur-Isère (Drôme), en réaction à la mort d'un jeune homme, Thomas, à Crépol.

L'ex-directeur général de la sécurité intérieure (DGSI), Nicolas Lerner, désormais à la tête de la DGSE, avait alerté en juillet dernier sur "la résurgence très préoccupante" des actions violentes de l'ultradroite depuis le printemps 2023, dans un entretien au journal Le Monde. Depuis 2017, 10 projets d'attentats inspirés par la mouvance d'ultra-droite ont été déjoués, selon les autorités.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité