Cet article date de plus de 7 ans

Anne Hidalgo détaille son programme pour Paris

La candidate socialiste à la Mairie de Paris prévoit notamment un investissement de 7 milliards d'euros et s'engage à ne pas augmenter les impôts locaux. Son programme s'articulera autour de sept priorités. 
© JOEL SAGET / AFP
Anne Hidalgo (PS) a détaillé ce dimanche 8 décembre 2013  son programme de maire de Paris si elle est élue en mars, promettant de poursuivre, en termes de circulation et d'urbanisme, la politique de Bertrand Delanoë, avec 7 priorités et 7 Mds d'investissements.

Baptisé "Paris qui ose", son document programmatique de 200 pages, distribué à la presse débute par un propos personnel de l'élue, née dans une famille espagnole il y a 54 ans, - arrivée en 1984 à Paris et qui "ne l'a plus quittée" -, également "particulièrement fière" du bilan des treize années de mandat du maire sortant, dont elle est la première adjointe.

Le programme s'achève par un chiffrage de "l'ensemble des mesures": "un investissement supplémentaire de 7 milliards d'euros" sur 2014-2020 (après 18 milliards depuis 2001), assorti de l'engagement que les impôts locaux n'augmenteront pas.

Entretemps, Anne Hidalgo décline sept "priorités" au milieu de propositions multiples -pour beaucoup déjà esquissées- pour une ville "créative", "collaborative", et surtout "bienveillante", qualificatif plusieurs fois répété.

La candidate PS réaffirme sa promesse phare de créer 10.000 nouveaux logements par an et d'atteindre l'objectif des 30% de logements sociaux à l'horizon 2030 (contre 20% attendus en mars), élément clé de son alliance avec le PCF nouée en octobre. Pour rendre plus transparente l'attribution de logements sociaux, elle propose la mise en ligne de toutes les offres, qui "permet à chaque demandeur d'avoir une vision précise du logement auquel il postule et de suivre les étapes de son dossier", explique-t-elle dans un entretien au Parisien. Le principe a été expérimenté à Rennes. Il y a quelque 135.000 demandes en attente pour un logement social dans la capitale.

Dans ce domaine comme sur le traitement des déchets, l'emploi, l'insertion, "la métropole est la bonne échelle pour agir", insiste Mme Hidalgo, parlant d'"enjamber le périphérique" avec son "arc de l'innovation" (zones d'activité aux portes de Paris associant pépinières d'entreprises, logements, universités).

Après le réaménagement de la place de la République, elle promet "un plan d'embellissement de toutes les grandes places parisiennes, qui subissent excessivement la pression de la voiture", évoquant Nation, Bastille, Denfert-Rochereau, Panthéon.

Concernant les déplacements, elle propose sur le principe de Velib et Autolib, des scooters en libre service, et s'engage à limiter la vitesse à 30 km/h en dehors des grands axes, à 70 km/h sur le périphérique, "peu à peu transformé en boulevard urbain", plus facile à traverser. Une fête annuelle ("les 24 heures du périphérique") s'y tiendra à l'arrivée du Tour de France fin juillet.
Quelques points du programme
Logement
Création de 10.000 logements supplémentaires chaque année, 30% de logements sociaux en 2030. 1.000 nouveaux logements sociaux par an pour étudiants et chercheurs. Transformation de 200.000 m2 de bureaux obsolètes en habitations. Mise en place d'"un droit de postemption" pour que la Ville ou ses bailleurs sociaux puissent racheter les logements des locataires menacés par la vente à la découpe et qui ne peuvent acquérir leur appartement.
Développement d'immeubles mixtes "logements/bureaux" en rendant possible la constructionde tours de 50 mètres.

Aménagement, urbanisme, verdissement
Embellissement des grandes places parisiennes, pour y développer "les circulations douces" (marche, vélo),transformation de certaines portes en places (Villette, Pantin, Montreuil, Ivry, Maillot). Végétalisation de 100 hectares de toitures et façades, dont 30% consacrés à la production de fruits et de légumes. Réflexion sur la transformation des gares en quartiers, notamment entre Austerlitz, Lyon, Bercy et Charenton, avec "une liaison intergares".

Transports et déplacements
Interdiction progressive des bus de tourisme au diesel. Réduction de 50% la circulation des autocars de tourisme dans Paris avant 2020. Limitation de la vitesse à 30 km/h en dehors des grands axes, à 70 km/h sur le périphérique. Doublement des pistes cyclables. Création de Scootlib (scooters électriques en libre-service). Prolongement du tramway des Maréchaux, jonction avec le RER A à Nation. Métro : automatisation de la ligne 4, prolongement de la ligne 10 au sud-est pour traverser le XIIIe, extension au métro du principe des bus de nuit "Noctilien" avec des horaires élargis.

Sécurité
Sécurisation des lieux les plus fréquentés, notamment par les touristes. Création d'une "brigade verte et antibruit" pour lutter contre les incivilités liées à l'insalubrité sur la voie publique et au tapage nocturne. Poursuite de la lutte contre les réseaux criminels exploitant les enfants rom, en coordination avec la Préfecture de police. Renforcement de la vidéoprotection pour lutter contre l'insécurité routière.

Alimentation
Création d'un label mettant en valeur la nourriture francilienne. Certains marchés de la capitale seront réservés pour les producteurs de la région.
Objectif de 50% de nourriture bio servie dans les cantines scolaires d'ici 2020. Diminution de 30% du gaspillage alimentaire.

Travail dominical
Maintien de l'ouverture dominicale de 15 à 20.000 commerces ou restaurants (notamment parce qu'ils se situent dans une des sept zones touristiques). Concertation avec commerçants, syndicalistes, riverains concernant les nouvelles demandes.

Pour une ville "à vivre", plus solidaire, plus propre
Livraison de 5.000 nouvelles places dans les crèches pour atteindre 39.000 places en 2020.
Subvention municipale pour la rénovation des toilettes dans les cafés qui accepteront d'y laisser accéder les fêtards, afin d'éviter qu'ils urinent dans la rue.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique parti socialiste élections municipales 2020