Annulation de l'édition 2021 du Salon de l'agriculture : "C’est dommage mais la santé avant tout"

L’édition 2021 du Salon de l’agriculture qui devait se tenir à Paris du 27 février au 7 mars est annulée en raison de l’épidémie de coronavirus. Pour Denis Sargeret, brasseur dans le Val-d'Oise, c'est une grande déception mais une décision raisonnable.

L'édition 2O21 du Salon de l'agriculture est annulée. (Image d'illustration)
L'édition 2O21 du Salon de l'agriculture est annulée. (Image d'illustration) © IP3 PRESS/MAXPPP
"Cette décision est triste, mais la santé passe avant tout" dit clairement Denis Sargeret, agriculteur dans la ferme-brasserie du Vexin, à Théméricourt dans le Val-d'Oise. Pour lui les organisateurs de l'édition 2021 n'avaient pas vraiment le choix et même s'il regrette de ne pas pouvoir aller cette année à la rencontre des amateurs de bière de la porte de Versailles, il pense que cette décision s'imposait.

"C’est toujours triste de renoncer à ce moment très fort. Le Salon de l’agriculture, c’est une occasion festive, on rencontre les collègues mais c’est aussi une belle vitrine pour présenter nos produits". Il y a plusieurs avantages à cette manifestation, explique-t-il "ça nous permet de rappeler à nos clients qu’on existe et aussi de rencontrer les gens nouveaux pour leurs proposer nos produits. Comme on est à 50 km de Paris, ça nous ramène du monde le reste de l'année".
 

"Au Salon de l’agriculture nous sommes très fiers de présenter nos produits"

Denis Sargeret, agriculteur dans la ferme-brasserie du Vexin, à Théméricourt



"Au Salon de l’agriculture nous sommes très fiers de présenter nos produits", dit cet agriculteur qui s'est lancé dans le brassage de la bière, il y a près de 20 ans. "Sur notre exploitation on cultive 200 hectares, dont 25 servent à produire l'orge pour la bière. Notre fierté c’est de pouvoir travailler notre produit de bout en bout".

Les conséquences économiques et le manque à gagner lié à l’annulation du Salon, pour l’instant il ne peut pas les chiffrer. "C'est difficile à évaluer, on verra l’an prochain, les retombées que l’on a raté".

Pour Samuel Vandaele, président des jeunes agriculteurs, interrogé par France 3 Paris Ile-de-France, l'annulation du Salon de l'agriculture est un coup dur pour le monde agricole, et pour l’ensemble de la chaîne alimentaire qui est représenté lors de l'évènement. Il fautdire que le Salon de l’agriculture représente pour certains 30% de leur chiffre d’affaires annuel. "La décision qui a été prise, c’est plutôt une décision qui a été prise par dépit mais c'est aussi une décision de bon sens," précise-t-il. "Plutôt que laisser l’ensemble de la profession agricole investir sur ce Salon qui aurait pu être annulé au dernier moment, on a préféré l’annoncer tout de suite pour pouvoir rebondir sous d’autres formes de salon".

Le Concours Général Agricole est maintenu mais décentralisé dans les régions

A la FNSEA, le syndicat professionnel majoritaire dans la profession agricole en France, on cherche des solutions. "Les Français attendent les agriculteurs, et les agriculteurs ont besoin de ce contact avec les Français, donc nous allons réfléchir à des alternatives", a anticipé ce matin Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, sur franceinfo. "Nous allons par exemple organiser des marchés dans Paris à ciel ouvert (…) Nous réfléchissons aussi à des événements en province", a-t-elle expliqué. Elle a par ailleurs confirmé que le Concours Général Agricole aurait bien lieu.

L'événement fait concourir les produits de différents territoires, les fromages, les vins, les charcuteries, le miel, la bière... "Ce concours aura lieu et les 6000 personnes du jury se réuniront dans quatre villes françaises", a détaillé la présidente de la FNSEA. "Nous sommes en train de l'organiser, pour pouvoir accoler les étiquettes "médaille d'or", "médaille d'argent", "médaille de bronze" sur les produits, c'est très important pour les producteurs".

A la ferme-brasserie du Vexin, de Théméricourt, on récolte des médailles chaque année

Pour Denis Sargeret, ce rendez-vous est une consolation. "On ne sait pas comment sera organisé le Concours Général Agricole cette année mais de toute façon on ira, quel que soit l’endroit où ça se passe. C’est valorisant d’avoir des médailles agricoles", reconnaît-t-il. "Chaque année on participe au concours de la bière et on est récompensé. L’an dernier on a eu quatre médailles, une en or, deux en bronze et une en argent".

Pour l'édition de 2020, "on a eu aussi la chance d’être sélectionné pour fabriquer la bière des 150 ans du salon. C’était à la fois une reconnaissance mais ça nous a permis aussi de nous faire connaître plus largement auprès du public. C'est sûr, cette année le Salon va nous manquer bien que ce soit une semaine éprouvante, c’est tout de même notre vitrine et un grand moment de convivialité".

Le Salon de l’agriculture de la porte de Versailles, c’est aussi le plus grand salon de France et les retombées économiques sont très importantes pour les commerces du quartier. Ce mercredi matin, l'ambiance était plutôt morose chez les commerçants.

Pour eux l'annulation de la tenue de ce salon qui fait affluer chaque année des milliers de personnes, n'est pas une bonne nouvelle. "Malheureusement c’est encore un salon annulé qui s’ajoute aux nombreux salons qui ne se sont pas tenus ces derniers mois, on le vit très mal, ça va être compliqué pour nous", explique la responsable d'un hôtel de ce quartier du XVe arrondissement. Même inquiétude pour un vendeur de journaux dont le kiosque est déserté. "Moi je risque de fermer, je ne m’en sors pas, je suis seulement à 30 % de mon chiffre d’affaires habituel. Au mois de septembre j’ai payé mes factures et j’ai fini le mois à zéro euro". Plus de 400 000 visiteurs se rendent chaque année au Salon de l'agriculture.


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
salon de l'agriculture agriculture économie coronavirus/covid-19 santé société