• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Au Jardin d’acclimatation, une jeune fille atteinte d’autisme interdite de manège

Atteinte d’autisme, Melissa (à gauche) s’est vu refuser l’accès aux chaises volantes du Jardin d’acclimatation, mercredi. / © E. Ferret / France 3 Paris IDF
Atteinte d’autisme, Melissa (à gauche) s’est vu refuser l’accès aux chaises volantes du Jardin d’acclimatation, mercredi. / © E. Ferret / France 3 Paris IDF

Melissa, une jeune fille atteinte d’autisme, s’est vue refuser mercredi l’accès à l’une des attractions du Jardin d’acclimatation. Si la direction se défend en évoquant des questions de sécurité, la mère de l’enfant pointe une discrimination.

Par EF/PDB/France 3 Paris IDF

Les chaises volantes sont son manège préféré au Jardin d’acclimatation. Melissa, une jeune fille âgée de 13 ans et atteinte d’autisme, n’a pas pu en profiter mercredi après-midi. Les agents responsables de l’attraction lui ont interdit de monter.

« Vous ne faites pas l’attraction mademoiselle parce que vous êtes autiste », raconte l’adolescente, qui reprend les mots des agents.

Melissa, qui se dit « triste » après l’incident, va au Jardin d'acclimatation depuis une dizaine d’année avec sa mère. C’est la première fois qu’on lui refuse l’accès à un manège, y compris dans les autres parcs d’attractions qu’elle fréquente.

« L’autisme n’est pas une maladie, c’est un handicap »

« Je trouve ça extrêmement choquant, explique Jacqueline Domnez, maman de Melissa et par ailleurs présidente de l'association Mélissa l'union de tous. Qu’on le dise en plus les yeux dans les yeux à ma fille… Ils l’ont fait évacuer devant tout le monde. Donc j’ai dû la gérer parce qu’elle a eu des crises de frustration pendant plus de 30 minutes. Elle n’était vraiment pas bien. Ce lieu qu’elle aimait, maintenant elle le déteste. »

La mère pointe une situation discriminatoire: « Les premiers termes utilisés par la personne responsable de l’attraction m’ont particulièrement choqué : "Les personnes atteintes d’une maladie mentale et psychiatrique n’ont pas le droit de monter dans un manège". L’autisme n’est pas une maladie, c’est un handicap. On était censé passer une après-midi en famille, ça s’est transformé en enfer. »
 

Une plainte déposée

Les agents du manège ont présenté leurs excuses. Les responsables du parc, eux, ont remboursé la journée à la famille.

Pour justifier l’incident, le président du Jardin d'Acclimatation Marc-Antoine Jamet met en avant le règlement interne au site et une question de sécurité : « Tout enfant doit pouvoir attendre de manière autonome les secours, pour pouvoir être évacué. A la fois le bureau de contrôle, le constructeur et le cabinet de conseil en accessibilité avec qui nous travaillons ont établi que les enfants qui ne pouvaient pas être évacués de manière autonome ne pouvaient pas monter dans ce manège. »

De son côté, Jacqueline Domnez vient de porter plainte ce jeudi matin. Elle a également contacté dès mercredi soir le Défenseur des droits afin de saisir l’institution.

Mercredi soir, la mère de Melissa a par ailleurs adressé un courrier destiné à la fois au ministre chargé de la Ville et du Logement Julien Denormandie, à la secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées Sophie Cluzel, au maire de Neuilly-sur-Seine Jean-Christophe Fromantin, à la direction du parc, ainsi qu’au groupe LVMH – propriétaire du Jardin acclimatation.
 

Sur le même sujet

Seine-et-Marne – Le petit village de Flagy fait son festival dédié aux grands classiques du cinéma

Les + Lus