"C’est une clé d’étranglement et un plaquage ventral qui a tué Cedric Chouviat"

Publié le

Maître Arié Alimi, l'avocat de la famille de Cédric Chouviat, décédé lors d’un contrôle routier de police le 3 janvier 2020 à Paris près de la Tour Eiffel était l'invité de France 3 Paris-Île-de France alors qu’une nouvelle expertise médicale confirme la responsabilité des policiers impliqués dans la mort de ce père de famille.

"Depuis le début, nous avons toujours dit que c’est une clé d’étranglement et un plaquage ventral qui a tué Cédric Chouviat malgré la version de la préfecture de police à savoir qu’il était mort d’un malaise cardiaque", a assuré, Maître Arié Alimi l’avocat de de Cédric Chouviat, invité dans notre journal de la mi-journée.

Nouvelle expertise médicale

Une nouvelle expertise médicale confirme la responsabilité des policiers impliqués dans la mort de Cédric Chouviat. Selon les cinq experts mandatés par le juge d'instruction, la cause du décès est une "association simultanée de plusieurs facteurs" découlant des gestes d'interpellation ayant "abouti à une privation très rapide d'oxygène au cerveau", a conclu un rapport que nos confrères de Franceinfo se sont procurés.

Selon ce rapport il y a eu "un écrasement mécanique de la trachée d'avant en arrière, lorsque M. Chouviat est sur le ventre, par un avant-bras placé sous le menton". Il y a par ailleurs "l'action de la jugulaire du casque [de M. Chouviat] qui pourrait être à l'origine des fractures de celui-ci, après une mise en tension de la jugulaire par quelqu'un", qui "tente de pivoter la tête sur le côté en poussant sur le casque", détaille le rapport.  

"C’est une forme de soulagement par rapport à ce que l’on savait et également une grande colère qui ne cesse de croître car les fonctionnaires de police sont toujours en service", a réagi Maître Alimi.

Il ajoute : "à plusieurs reprises, la famille a demandé au ministère de l’Intérieur (...) de faire quelque chose, de suspendre ces fonctionnaires pour éviter que les comportements se reproduisent, que d’autres pères de famille ne soient tués dans la rue et à ce jour, aucune réponse positive n’a été donnée".

L'enquête

Le 3 janvier 2020, Cédric Chouviat, livreur en scooter de 42 ans est décédé aux abords de la Tour Eiffel après avoir été plaqué au sol, casque sur la tête, par trois policiers au terme d'un contrôle routier tendu, filmé par une quatrième fonctionnaire de police. Transporté dans un état critique à l'hôpital, il est mort le 5 janvier des suites d'une asphyxie avec fracture du larynx. 

Trois des policiers ont été mis en examen en juillet 2020 pour homicide involontaire. Le quatrième a été placé sous le statut de témoin assisté. 

Après les conclusions de cette nouvelle expertise, "on attend que l'instruction continue, la famille de Cédric a bon espoir qu'elle aboutisse devant une juridiction pénale", a également déclaré Maître Alimi.