• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Tout ce que vous avez voulu savoir inconsciemment sur votre psy sans jamais oser vous le demander

Que pense réellement de vous votre thérapeute pendant la séance ? Quelle est sa vie une fois que vous êtes parti(e) ? A quoi sert le psy de votre psy ? C’est à toutes ces questions - et à bien d’autres - que Josiane Pinson répond, seule en scène, et avec brio, dans "Psy Cause(s) 2".

Par France 3 Ile de France / Didier Morel

On ne saura pas "si elle boit pas, si elle fume pas ou si elle drague, mais c’est certain qu’elle cause". Cette psy cause et pas qu’un peu.

Psy Cause(s) numéro 2 car il y a quelques années, au tournant de la cinquantaine, elle avait déjà levé le voile sur l’envers des séances psy : c'est-à-dire les autres, ou plus exactement l’enfer de nos psy : nous, leurs patients, avec nos petites manies et nos grandes angoisses.

« NIQUE LA MORT, NIQUE LA MORT… MORT AUX TROUSSES, MORT AUX TROUSSES… »

Pour ce second spectacle, six ans plus tard, c’est à nouveau avec son fauteuil orange, qui se transforme en divan ou en siège au gré des situations, que la comédienne Josiane Pinson campe tour à tour une thérapeute saisissante de réalisme. Elle se glisse avec le même brio dans la peau de quelques-uns de ses patients, tous plus névrosés les uns que les autres.

Entre cette femme qui cumule en même temps quatre hernies (hiatale, inguinale, discale et - plus rare ! -  ombilicale) et cette autre qui a découvert en cours de séance le mécanisme intime de son « diamant » (je vous laisse découvrir dans quelle boîte est rangé ce bijou de famille…), ce médecin a aussi une vie familiale haute en couleur : deux enfants qui se révèlent être de surprenants auteurs de chansons pas vraiment maternelles ; une mère, psy elle-même, ce qui est loin d’être facile à vivre ; un époux à la recherche d’un « trompe la mort » à sa façon.

"MOI JE NE SUIS PAS LÀ POUR PAYER UNE VIEILLE EN APNÉE QUI NE RESPIRE PLUS QUE PAR HABITUDE !"

Quatre-vingt minutes de spectacle hilarant et/ou émouvant, selon son ressenti, dont vous apprécierez la mise en scène millimétrée signée Gil Galliot. Une comédienne très juste dans les rôles multiples d’une femme, d’une mère, d’une fille et d’une psy qui nous gagne à sa cause.

PSY cause(s) 2 un spectacle à voir à partir du 25 janvier jusqu’au 29 avril 2017. Théâtre de l’Archipel,17 Boulevard de Strasbourg à Paris 10e.

Sur le même sujet

toute l'actu théâtre

Les urgences de l'hôpital Ballanger à Aulnay au bord de l'asphyxie

Les + Lus